Coronavirus: pourquoi les soldes ne commencent que lundi

Image d’illustration
Image d’illustration - Belga

Les soldes d’hiver débuteront lundi, et non samedi, comme il est d’usage. L’objectif est d’éviter l’engorgement et les effets de foule dans et en dehors des magasins qui auraient pu se produire un samedi, alors que la pandémie de coronavirus est toujours bien d’actualité.

Les bonnes affaires pourraient commencer fort, si l’on en croit le Syndicat neutre pour Indépendants (SNI) qui a sondé ses membres. En effet, trois quarts des répondants estiment qu’ils démarreront avec des réductions d’au moins 30 %, et 15 % des sondés pousseront même jusqu’aux 50 % de remise dès les premiers jours.

L’objectif sera évidemment de liquider au maximum les importants stocks restants, pour faire place à la nouvelle collection mais aussi pour renflouer la trésorerie mise à mal après une année difficile. La majorité des commerçants représentés par le SNI et l’Union des classes moyennes (UCM) détiennent encore au moins la moitié de leur stock. Une majorité s’attend malgré tout à des ventes en baisse par rapport aux soldes de janvier 2020.

Davantage de clients de l’étranger ?

Un élément à tenir à l’œil : les magasins dits « non essentiels » ont refermé leurs portes dans certains pays voisins et la France a déplacé les soldes. « Les prochains jours nous diront si le fait que les soldes soient reportés en Allemagne, Pays-Bas et France influence le comportement des consommateurs et draine un surplus de clients », commente l’UCM. Cet élément a par contre tendance à pousser les membres du SNI au pessimisme, puisque 75 % craignent à leur tour de devoir à nouveau fermer boutique pendant les soldes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous