Lockdown party de 2.500 personnes en France: plus de 800 PV dressés

Lockdown party de 2.500 personnes en France: plus de 800 PV dressés

La gendarmerie française a annoncé samedi sur Twitter avoir le site, où se tenait une fête sauvage réunissant plus de 2.500 personnes depuis jeudi soir au sud de Rennes, sous contrôle, ajoutant que plus de 800 verbalisations avaient été effectuées.

Dans la nuit de vendredi à samedi, le son de la techno qui retentissait depuis jeudi soir dans deux hangars transformés en boîte de nuit sauvage à Lieuron (au sud de la ville de Rennes), s’est tu. «A 10h15 ce 2 janvier le site est sous contrôle des forces de l’ordre. Plus de 800 verbalisations effectuées», a tweeté la préfecture. Les verbalisations ont notamment été dressées pour «non respect du couvre-feu, non port du masque et participation illicite à un rassemblement».

Cette fête s’est tenue alors que la France avait décrété un réveillon du 31 décembre sous couvre-feu, dans un contexte de menace d’une nouvelle flambée de Covid-19. Les participants venaient de France mais aussi de l’étranger, dont de Belgique.

Les participants contrôlés

Au petit matin, dès 5h30 selon la préfecture d’Ille-et-Vilaine, les premiers fêtards ont commencé à quitter les lieux. Les forces de l’ordre, positionnées depuis jeudi soir sur les axes d’accès au site, procédaient au contrôle systématique de tous ceux qui sortaient du périmètre, à pied ou en voiture, a constaté un photographe de l’AFP. Les personnes contrôlées étaient notamment interrogées sur la prise de stupéfiants, et leur sensibilité oculaire vérifiée à l’aide d’une lampe.

Jeudi soir, les gendarmes avaient tenté en vain «d’empêcher cette installation et ont fait face à la violente hostilité de nombreux teufeurs», avait expliqué la préfecture vendredi. Lors de ces affrontements «un véhicule de la gendarmerie a été incendié, trois autres dégradés et les militaires ont essuyé des jets de bouteilles et de pierres, occasionnant des blessures légères», selon cette même source.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous