Accueil Société

Coronavirus: l’école par écrans interposés inquiète les élèves

L’école numérique est-elle la panacée ? Après un mois d’enseignement hybride, l’immense majorité des élèves en a assez, d’après une enquête commandée par des associations proches de l’école.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 5 min

Témoignage un : « Toutes ces heures devant les écrans nuisent à leur santé physique et mentale. Ils sortent peu, donc la tension monte rapidement »… Témoignage deux : « Avec trois ordis connectés, il faut choisir entre les cours des ados et le télétravail des adultes… ». Un troisième ? « Il n’y a plus beaucoup de communication au sein de la famille car tout le monde est face à son écran »…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 5 janvier 2021, 14:14

    La fracture numérique n'est pas celle dont on nous a assommé de mars à août, c'est-à-dire le manque de matériel mais bien le manque d'autonomie, le manque d'espace adéquat pour travailler dans le calme, etc! Comme toujours, les politiques ont cru résoudre le problème en débloquant des crédits pour acheter des ordianteurs à chaque enfant! Et leur naÏveté n'est pas allée jusqu'à réaliser que ces ordinateurs seraient plus utilisés pour le récréatif que pour le travail, substantif banni de notre enseignement!!!

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 5 janvier 2021, 14:08

    Pendant des mois, mars à fin août, tous les fanatiques du numérique se sont réjouis de l'impulsion que le covid allait donner au numérique à l'école.Mais, on voit qu'il n'en est rien! Que ni les enseignants ni les élèves ne les apprécient comme techniques d'apprentissage.Bien sûr ils les adulent à des fins récréatives!Il serait intéressant de connaître le % d'addictions chez les ados vu qu'en psychiatrie, une nouvelle voie s'est crée : celle de la spécialisation pour traiter l'addiction aux jeux vidéos qui touche aussi les adultes! Quelle décadence!

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 5 janvier 2021, 14:00

    EXTRAIT : " Avant le covid, l’immense majorité des jeunes interrogés (plus de 60 %) passaient moins de deux heures par jour devant un écran."FAUX! Tous les articles traitant de l'utilisation des écrans citent : 6 à 7 h /J, avec la question : quel temps pour l'école? pour le sommeil qui est fondamental? Pendant le confinement y compris la période où les profs communiquaient du travail, nombre d'élèves passaient la journée entière jusqu'à 23 h sur les jeux vidéos, mangeant à peine, ne se lavant pas.Mais cela Madame Duroissin semble ignorer!

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 5 janvier 2021, 13:52

    EXTRAIT :"Il faut des cours interdisciplinaires où l’on apprend, par exemple, à rédiger un courriel au cours de français. » DANS CETTE PHRASE N.Duroissin impose des cours interdisciplinaires puis elle donne comme exemple "apprendre à rédiger un courriel" au cours de français! ENVOYER un courriel est une manipulation technique simpliste que tout le monde sait faire! Mais il y a dans cette phrase un verbe dont l'école a supprimé l'apprentissage depuis plusieurs décennies : "rédiger"! Et cette compétence la plus utile mais la plus complexe s'apprenait au cours de français au début du siècle! SANS TIC! POURQUOI, les pédagogues, justement, l'ont-ils fait progressivement disparaitre? Parce que c'était trop difficile et que cela allait créer de la hiérarchie, de la sélection dans les classes?Obnubilés par une utopique égalité des résultats, les pédagogues ont incité les politiques à faire supprimer les cours et les compétences exigeantes. Au non d'une utopique égalité, ils ont sacrifié la qualité et le niveau de l'enseignement! La "Désinstruction nationale" comme l'appelle René Chiche, professeur de philosophie, correcteur au bac depuis 30 ans, auteur du remarquable ouvrage : "La Désinstruction nationale", ed Ovadia, est la conséquence de 30 ans de réformes successives , dictées par les pédagos, qui ont à chaque fois niveler par le bas au point de voir arriver au bac des étudiants sachant à peine lire et pas du tout écrire! La situation est identique en FWB.Rédiger est une compétence complexe qui doit s'apprendre tout au long de la vie et en particuliers à l'école , tout au long de la scolarité obligatoire puisque c'est de celle-la dont il est question dans cet article!Il y a 50 ans, une rédaction de titre inédit, par semaine était la norme! Actuellement, les élèves du secondaire supérieur ont, à peine, une "rédaction" sur l'année et les idées leur sont données.Il y a 50 ans, l'exercice était plus formateur car il exigeait aussi l'expression de ses idées avec des sujets qui actuellement sont proposés au concours d'éloquence qu'organisent encore quelques rares écoles!

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 5 janvier 2021, 13:10

    EXTRAIT : NATACHA DUROISSIN C'EST INTERPELLANT : "En revanche, il faut s’intéresser aux raisons qui conduisent des enseignants à ne plus utiliser les outils numériques. Lorsqu’un répondant sur dix avoue ne pas en voir l’utilité, c’est interpellant ! »ET POURQUOI EST-CE INTERPELLANT? Il y a encore des enseignants maîtrisant à la fois leur matière et la pédagogie pour ne pas se plier au diktat de l'utilisation du numérique parce que c'est une habitude au XXI°siècle! Le monde hyper-connecté est une dérive aux conséquence graves et c'eût été à l'école de remettre la PENSEE au centre d'une mouvance dictée par des intérêts financiers, commerciaux et politiques!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs