Vaccination: le Royaume-Uni a commencé à injecter le vaccin d’AstraZeneca et Oxford (photos)

Le Royaume-Uni devient lundi le premier pays à administrer à sa population le vaccin du laboratoire britannique AstraZeneca et de l’Université d’Oxford contre le Covid-19, tout en envisageant un nouveau tour de vis sévère pour freiner l’aggravation de la pandémie.

Moins coûteux, plus facile

Le vaccin d’AstraZeneca-Oxford est moins coûteux, plus facile à stocker et donc plus adapté à une campagne d’immunisation à grande échelle que ceux de ses concurrents Moderna et Pfizer-BioNTech, déjà approuvés et distribués dans plusieurs pays, notamment aux Etats-Unis.

Le vaccin Pfizer-BioNTech a déjà été injecté à plus d’un million d’habitants du Royaume-Uni depuis le lancement de la campagne de vaccination début décembre.

Les autorités britanniques ont commandé 100 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca-Oxford, dont 520.000 sont prêtes lundi, selon le ministère de la Santé. En Angleterre, des centaines de nouveaux centres de vaccination doivent ouvrir cette semaine, qui s’ajouteront aux 730 déjà en place.

Pas en janvier dans l’UE

Le vaccin AstraZeneca-Oxford a l’avantage d’être peu cher (environ 2,50 euros la dose). Il peut aussi être conservé à la température d’un réfrigérateur, contrairement aux vaccins de Moderna et de Pfizer-BioNTech qui ne peuvent être stockés à long terme qu’à très basse température (-20°C pour le premier, -70°C pour le second).

Son autorisation au sein de l’Union européenne ne devrait cependant pas intervenir en janvier, selon l’Agence européenne des médicaments (EMA).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous