Christie Morreale sur la vaccination: «On aimerait aller plus vite, mais on a des contraintes»

Christie Morreale sur la vaccination: «On aimerait aller plus vite, mais on a des contraintes»

Christie Morreale (PS) était l’invitée de la matinale de la Première ce mardi matin. La ministre wallonne de la Santé s’est longuement exprimée sur la campagne de vaccination qui est lancée, à grande échelle, ce mardi en Belgique. « On aimerait aller plus vite, mais on a des contraintes » a expliqué la socialiste. La ministre a rappelé qu’un seul vaccin était à ce jour autorisé et que les autorités dépendent des approvisionnements des firmes pharmaceutiques.

Et il n’est pas question, à ce jour, de n’administrer qu’une dose du vaccin pour toucher une part plus large de la population. « On a fait un stock pour assurer que la deuxième dose à J+21 soit bien fournie ». Si la ministre ne souhaite pas changer le protocole, elle se dit ouverte « à une discussion » sur ce sujet à l’échelle européenne.

La réponse aux soignants

Chritie Morreale a également répondu aux inquiétudes du personnel soignant qui veut revoir l’ordre des prioritaires dans la campagne. Les vaccins sont actuellement administrés aux résidents et personnel soignant des maisons de repos et de soins.

Mais aucun changement n’est à prévoir selon la socialiste. Elle n’a pas voulu hiérarchiser les demandes, affirmant que le personnel soignant était également compris dans cette première phase de la vaccination. « On n’a mis les choses en place pour les soignants soient vaccinés très rapidement. On a déjà écrit aux hôpitaux et médecins pour savoir combien de doses de vaccins on devait prévoir. »

Quid du Comité de concertation ?

Enfin, pour le prochain Comité de concertation, la socialiste appelle à la transparence. « Je souhaite donner des perspectives aux citoyens. Je plaide qu’on puisse indiquer en fonction du nombre de contaminations quelles activités peuvent reprendre. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous