Baromètre immobilier: le prix moyen des maisons en Belgique a augmenté de 5,7% en 2020 malgré la crise

Baromètre immobilier: le prix moyen des maisons en Belgique a augmenté de 5,7% en 2020 malgré la crise

Le marché immobilier n’a pas échappé aux conséquences de la crise du coronavirus. Selon le baromètre immobilier des notaires réalisé par la Fédération du Notariat (Fednot), le nombre de transactions immobilières a diminué de 2,7 % l’année dernière, par rapport à 2019. En baisse en Flandre et Bruxelles, l’activité a par contre légèrement augmenté en Wallonie.

Le premier trimestre de l’année 2020 s’est d’abord avéré soutenu, en particulier sur le marché bruxellois, avant que la pandémie de Covid-19 ne chamboule le secteur, détaille le baromètre. Au terme des deux mois de confinement, la fédération a observé un phénomène de rattrapage de l’inactivité, une très forte augmentation de l’activité pendant l’été et une stabilisation au cours du dernier trimestre.

Le baromètre remarque néanmoins des différences selon les régions. Sur l’ensemble de l’année 2020, le nombre de transactions a baissé de 4,8 % à Bruxelles et de 4,2 % en Flandre, tandis que le marché s’est stabilisé en Wallonie (+0,8 %). Les tendances sont également différentes selon les provinces, avec par exemple une baisse d’activité de 8,4 % en Brabant wallon mais une progression de 3 % à Liège.

En 2020, le prix moyen d’une maison en Belgique s’est par ailleurs élevé à 276.993 euros, en hausse de 5,7 % comparé à l’année précédente, ajoute le baromètre. Compte tenu de l’inflation, il fallait donc payer 14.000 euros de plus en moyenne pour une maison.

« La demande reste soutenue », analyse Renaud Grégoire, porte-parole de notaire.be, pour expliquer la hausse continue des prix malgré la crise du coronavirus. « Les taux d’intérêt hypothécaires restent extrêmement bas et attractifs. Dans le même temps, l’offre est aujourd’hui plus faible que la demande », entraînant une pression sur les prix.

Le prix moyen des appartements a lui atteint 244.112 euros (+6,8 %). La hausse est la plus forte à Bruxelles, avec +8,1 %.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. De l’usine à son destinataire, chaque dose de vaccin est suivie à la trace.

    De la boîte à pizzas à la carte de vaccination, une logistique inédite

  2. Les chaînes de restaurants attendent impatiemment le 9 juin pour, à nouveau, accueillir les consommateurs en intérieur.

    Les chaînes de restaurants ont, elles aussi, faim de reprise

  3. Bruxelles.

    Conflit israélo-palestinien: 3.000 personnes réunies à Bruxelles en soutien de la Palestine

La chronique
  • La chronique Carta Academica: stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure

    Depuis 2018, la répression de Pékin dans la région ouïghoure fait l’objet d’un traitement médiatique inédit, renforcé au cours des derniers mois du fait de l’intervention de personnalités politiques interpellées par un nombre croissant d’ONG, d’activistes et de membres de la diaspora ouïghoure. Cette mobilisation a abouti à la reconnaissance d’un génocide dans la région par les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas. Le Parlement néo-zélandais quant à lui a dénoncé dans une résolution votée début mai de graves abus contre les droits humains. La Belgique a également été amenée à se prononcer, mais les débats parlementaires ont dû être reportés suite à une cyberattaque massive du réseau de plusieurs institutions belges, dont la Chambre, lancée à peine deux heures avant une série d’auditions de chercheurs et spécialistes sollicités sur la question d...

    Lire la suite

  • Rythmes scolaires: un choix de société

    Trop souvent, ce sont les intérêts des adultes – qu’ils soient parents, enseignants ou animateurs – qui priment alors que ceux des enfants passent régulièrement à la trappe. Mais votre projet montre la voie. » François Testu, professeur à l’université de Tours, ne tarit pas d’éloges à l’égard de la future réforme des rythmes scolaires. Chronopsychologue, il fait partie de cette poignée de chercheurs en éducation qui prêchent dans le désert depuis des décennies. Avec deux convictions : d’une part, respecter les rythmes biologiques...

    Lire la suite