Baromètre immobilier: le prix moyen des maisons en Belgique a augmenté de 5,7% en 2020 malgré la crise

Baromètre immobilier: le prix moyen des maisons en Belgique a augmenté de 5,7% en 2020 malgré la crise

Le marché immobilier n’a pas échappé aux conséquences de la crise du coronavirus. Selon le baromètre immobilier des notaires réalisé par la Fédération du Notariat (Fednot), le nombre de transactions immobilières a diminué de 2,7 % l’année dernière, par rapport à 2019. En baisse en Flandre et Bruxelles, l’activité a par contre légèrement augmenté en Wallonie.

Le premier trimestre de l’année 2020 s’est d’abord avéré soutenu, en particulier sur le marché bruxellois, avant que la pandémie de Covid-19 ne chamboule le secteur, détaille le baromètre. Au terme des deux mois de confinement, la fédération a observé un phénomène de rattrapage de l’inactivité, une très forte augmentation de l’activité pendant l’été et une stabilisation au cours du dernier trimestre.

Le baromètre remarque néanmoins des différences selon les régions. Sur l’ensemble de l’année 2020, le nombre de transactions a baissé de 4,8 % à Bruxelles et de 4,2 % en Flandre, tandis que le marché s’est stabilisé en Wallonie (+0,8 %). Les tendances sont également différentes selon les provinces, avec par exemple une baisse d’activité de 8,4 % en Brabant wallon mais une progression de 3 % à Liège.

En 2020, le prix moyen d’une maison en Belgique s’est par ailleurs élevé à 276.993 euros, en hausse de 5,7 % comparé à l’année précédente, ajoute le baromètre. Compte tenu de l’inflation, il fallait donc payer 14.000 euros de plus en moyenne pour une maison.

« La demande reste soutenue », analyse Renaud Grégoire, porte-parole de notaire.be, pour expliquer la hausse continue des prix malgré la crise du coronavirus. « Les taux d’intérêt hypothécaires restent extrêmement bas et attractifs. Dans le même temps, l’offre est aujourd’hui plus faible que la demande », entraînant une pression sur les prix.

Le prix moyen des appartements a lui atteint 244.112 euros (+6,8 %). La hausse est la plus forte à Bruxelles, avec +8,1 %.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A Bruxelles, 46% des restos sont en risque de faillite (30% étaient dans le vert avant mars 2020).

    A peine 25% des cafés et restaurants résistent à la crise à Bruxelles

  2. Signe de la difficulté d’une approche commune: les discussions ont duré des heures.

    Voyages à l’étranger: l’Union européenne évoque des zones «rouge foncé»

  3. BELGAIMAGE-172163511

    De quel droit le gouvernement m’empêcherait-il de voyager?

La chronique
  • La chronique «Enjeux»: Cherche «Républicains respectables», désespérément

    Edelweiss, edelweiss, bénis ma patrie pour toujours… ». Vous avez peut-être seriné cet air à Noël, après avoir revu le film La mélodie du bonheur. Suavement douillette et, à première vue, terriblement datée, elle est pourtant d’une rare actualité. Car, que nous dit cette mélodie chantée par la famille du capitaine patriote von Trapp face aux nazis et aux collabos autrichiens à l’époque de l’Anschluss ? Sinon que le sort d’une nation menacée par l’extrémisme de droite dépend largement du choix de ses dirigeants et de ses citoyens conservateurs modérés.

    L’histoire est encombrée d’exemples où des dictatures d’extrême droite sont arrivées au pouvoir grâce au basculement assumé ou contraint de partis conservateurs jusque-là respectables. Mais il n’y a pas de porosité automatique : de Gaulle et Churchill ont illustré avec éclat ce barrage que le conservatisme traditionnel peut efficacement opposer aux extrémismes de droite.

    Comment ne pas penser à l’Amérique d’aujourd’hui ? Certes, on n’est pas dans l’Autriche...

    Lire la suite

  • Racisme, incitation à la haine: après la sidération, l’action

    Eh non, en démocratie tout n’est pas permis. On ne peut pas « jouer » avec des armes, inciter à la haine et nourrir le racisme. N’en déplaise à ceux qui non seulement pratiquent ces interdits, mais le font de plus en plus savoir urbi et orbi. Les réseaux sociaux servent en effet de très dangereuses chambres d’écho à des partis, des groupes ou des individus aux idées nauséabondes.

    Et donc, oui, il y a des bornes aux limites. Et en démocratie, ces bornes s’appellent des checks...

    Lire la suite