Baromètre immobilier: le prix moyen des maisons en Belgique a augmenté de 5,7% en 2020 malgré la crise

Baromètre immobilier: le prix moyen des maisons en Belgique a augmenté de 5,7% en 2020 malgré la crise

Le marché immobilier n’a pas échappé aux conséquences de la crise du coronavirus. Selon le baromètre immobilier des notaires réalisé par la Fédération du Notariat (Fednot), le nombre de transactions immobilières a diminué de 2,7 % l’année dernière, par rapport à 2019. En baisse en Flandre et Bruxelles, l’activité a par contre légèrement augmenté en Wallonie.

Le premier trimestre de l’année 2020 s’est d’abord avéré soutenu, en particulier sur le marché bruxellois, avant que la pandémie de Covid-19 ne chamboule le secteur, détaille le baromètre. Au terme des deux mois de confinement, la fédération a observé un phénomène de rattrapage de l’inactivité, une très forte augmentation de l’activité pendant l’été et une stabilisation au cours du dernier trimestre.

Le baromètre remarque néanmoins des différences selon les régions. Sur l’ensemble de l’année 2020, le nombre de transactions a baissé de 4,8 % à Bruxelles et de 4,2 % en Flandre, tandis que le marché s’est stabilisé en Wallonie (+0,8 %). Les tendances sont également différentes selon les provinces, avec par exemple une baisse d’activité de 8,4 % en Brabant wallon mais une progression de 3 % à Liège.

En 2020, le prix moyen d’une maison en Belgique s’est par ailleurs élevé à 276.993 euros, en hausse de 5,7 % comparé à l’année précédente, ajoute le baromètre. Compte tenu de l’inflation, il fallait donc payer 14.000 euros de plus en moyenne pour une maison.

« La demande reste soutenue », analyse Renaud Grégoire, porte-parole de notaire.be, pour expliquer la hausse continue des prix malgré la crise du coronavirus. « Les taux d’intérêt hypothécaires restent extrêmement bas et attractifs. Dans le même temps, l’offre est aujourd’hui plus faible que la demande », entraînant une pression sur les prix.

Le prix moyen des appartements a lui atteint 244.112 euros (+6,8 %). La hausse est la plus forte à Bruxelles, avec +8,1 %.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10900873-020

    Un rapport «alarmant» du commissariat corona rendu aux ministres: «Le variant britannique sera dominant d’ici mars»

  2. En secondaire, la règle du contact à haut risque pour les plus proches d’un jeune infecté est déjà d’actualité depuis l’automne.

    Les nouvelles règles du coronavirus à l’école

  3. Manifestation d’opposants aux mesures sanitaires à Amsterdam.

    Coronavirus: l’adhésion aux mesures a-t-elle atteint ses limites?

La chronique
  • La chronique «Déjà vu»: Les Cent Jours du nouveau président

    On entend souvent que les cent premières journées du nouveau président des Etats-Unis sont capitales pour la suite de son mandat. L’idée ne renvoie pas aux Cent-Jours de Napoléon Bonaparte – son chant du cygne, entre le retour de l’île d’Elbe et Waterloo – mais aux débuts tonitruants de Franklin Delano Roosevelt à la Maison Blanche, au printemps 1933. Une séquence historique dont l’évocation n’a jamais semblé plus pertinente qu’aujourd’hui.

    Comme l’écrivait au début de la semaine Time Magazine, pour son entrée en fonction, Joe Biden est confronté à rien de moins qu’« un typhon pathogène ».

    Avec plus de 25 millions de cas de Covid dans le pays, 430.000 décès recensés et quelque 3.000 morts supplémentaires chaque jour, nulle part dans le monde la pandémie ne fait rage comme en Amérique. Mais la crise est également économique. Du 10 au 16 janvier, 900.000 personnes se sont inscrites au chômage, un chiffre plus élevé que lors de la pire semaine de la crise financière de 2008. Près de 16 millions d’Américains vivent actuellement grâce...

    Lire la suite

  • Le risque d’effondrement intérieur et le souvenir des petits bonheurs

    Le moment est très critique. Pas une fois ces derniers jours, nos interlocuteurs n’ont fait semblant. A la question « comment va ? », la réponse fuse : « on en a assez », « je n’en peux plus ».

    La population, même celle qui a son quatre-façades avec jardin, même celle qui ne doit pas gérer des jeunes aux idées dangereusement noires, est saturée. On touche à l’évidence aux limites de ce qui est supportable. Et si l’on peut saluer l’absence de mouvements violents...

    Lire la suite