Coronavirus: l’équipe de l’OMS chargée d’enquêter sur l’origine de la pandémie est en route vers la Chine sans les autorisations nécessaires

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l’OMS
Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l’OMS - Photo News

L’équipe de l’OMS chargée d’enquêter sur l’origine de la pandémie de Covid-19 en Chine est en route mais n’a pas reçu toutes les autorisations nécessaires, a annoncé mardi le chef de l’agence de l’ONU, se disant « très déçu ».

« Aujourd’hui, nous avons appris que les responsables chinois n’ont pas encore finalisé les autorisations nécessaires à l’arrivée de l’équipe en Chine », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus aux journalistes.

« Impatient de lancer la mission le plus rapidement possible »

« Je suis très déçu de cette nouvelle, étant donné que deux membres avaient déjà commencé leur voyage et d’autres n’ont pas pu voyager à la dernière minute », a-t-il ajouté dans un très rare mouvement d’humeur à l’encontre de Pékin.

« J’ai été en contact avec de hauts fonctionnaires chinois et j’ai une fois de plus clairement indiqué que la mission est une priorité pour l’OMS et l’équipe internationale », a-t-il ajouté, se disant « impatient de lancer la mission le plus rapidement possible ».

À ses côtés, le responsable des situations d’urgence sanitaire à l’OMS, Michael Ryan, a expliqué qu’il s’agissait d’une question de visas.

« Nous espérons qu’il s’agit simplement d’un problème logistique et bureaucratique que nous pouvons résoudre rapidement », a-t-il dit, en expliquant que l’un des deux experts a dû rebrousser chemin tandis que l’autre attend dans un pays tiers.

Visite ultra-sensible

Un peu plus d’un an après la découverte des premiers cas dans la région chinoise de Wuhan, ces dix éminents scientifiques choisis par l’OMS, après un long processus de sélection, doivent se rendre en Chine pour tenter de remonter aux origines du virus afin de savoir comment il s’est transmis à l’homme.

Mais cette visite est ultra-sensible pour le régime chinois, soucieux d’écarter toute responsabilité dans l’épidémie qui a fait plus de 1,8 million de morts à la surface du globe.

Au point que la visite prend des allures de mission secrète. Ses dates n’avaient pas même été précisées, l’OMS ayant évoqué jusqu’à présent simplement « la première semaine de janvier ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous