Accueil Léna

Martin Luther King III: «Pour résoudre le racisme, il faut reconnaître son existence»

Le fils aîné du Prix Nobel de la paix soutient l’idée d’une compensation financière pour les descendants d’esclaves. Et demande l’instauration d’une « formation à la diversité » dans les écoles.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Le militant des droits civiques Martin Luther King III est le fils aîné du Prix Nobel de la paix Martin Luther King Jr., mort assassiné en 1968. Vivant à Atlanta, l’homme, âgé de 63 ans, a étudié les sciences politiques et dirigé pendant de nombreuses années l’organisation du mouvement des droits civiques fondée par son père, la Southern Christian Leadership Conference.

En 2020, après l’assassinat de l’agent de sécurité noir George Floyd par un policier blanc, les partisans du mouvement Black Lives Matter ont manifesté en masse. Qu’en est-il de l’égalité des droits pour chaque citoyen américain aujourd’hui ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Raphaël De Nayer, samedi 9 janvier 2021, 17:51

    "Ma fille ainsi que de nombreuses petites filles noires sont ravies que nous ayons maintenant une vice-présidente noire". Si je suis bien, c'est donc le simple fait d'être noire, femme de surcroît qui conditionne les qualités de Mme Harris. Cette phrase est profondément choquante. Quand, mais quand comprendra-t-on que jamais nous n'éradiquerons le racisme de la société si c'est en restreignant les êtres humains à leur couleur de peau, une fois de plus ? Opérer une distinction entre les êtres humains sur la base de leur couleur de peau s'appelle du racisme ; sur la base de leur sexe, du sexisme. Et on ne peut prétendre combattre le racisme par le racisme, ni le sexisme par le sexisme. Avant d'être "noir" ou "blanc", "homme" ou "femme", tous sommes citoyens, êtres humains. Alors, à l'instar du père de ce monsieur, j'ai moi aussi un rêve : qu'un jour, tous les êtres humains se moqueront éperdument du sexe ou de la couleur de peau de leurs congénères, que ces considérations n'auront plus aucune importance et que la discrimination dite "positive" sera considérée comme de la discrimination "tout court".

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs