Immobilier: quelles sont les provinces wallonnes les plus chères?

Immobilier: quelles sont les provinces wallonnes les plus chères?
Mathieu Golinvaux | Le Soir.

Décidément, on ne déstabilise pas si facilement le marché immobilier. Et le Belge garde sa brique dans le ventre, covid ou pas. La Fédération du Notariat belge (Fednot) a dressé son bilan pour l’ensemble de l’année 2020. Résultat ? Le nombre de transactions a, certes, baissé, mais la diminution est contenue : -2,7 % par rapport à une excellente année 2019, record. Mieux encore, les prix, eux, poursuivent leur courbe ascendante, presque comme si de rien n’était : +6,8 % pour les appartements et +5,7 % pour les maisons.

Mais où, en Wallonie, sont-ils les plus élevés ?

Dans le Brabant wallon, où l’activité immobilière a baissé de plus de 8 %, le prix moyen d’une maison est de 362.330 euros (+7,7 % par rapport à 2019), alors que le prix moyen d’un appartement est de 270.264 euros (+9,1 %).

Dans la province du Luxembourg, le prix moyen d’une maison s’élève, en 2020, à 225.918 euros (+11,2 %), contre 181.743 euros pour un appartement (6,4 %).

Dans la province de Namur, les maisons se sont vendues, en 2020, en moyenne à 211.662 euros (+4,1 %) et les appartements à 182.470 euros (+3,1 %).

Dans la province de Liège, le prix moyen des maisons vendue en 2020 était de 202.122 euros (+5,7 %). Le prix des appartements a connu une progression similaire (5 %, à 176.325 euros).

Dans la province wallonne la moins chère, le Hainaut, les prix ont également connu une croissance. Les maisons se sont ainsi vendues en moyenne à 165.613 euros (+4,9 %) et les appartements à 150.988 euros (+7,1 %).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20180418-3LQ8FE 2020-11-18 16_16_18

    Par Cécile Danjou

    Immo

    Comment les prix de l’immobilier vont-ils évoluer en 2021?

  • Le Bois-du-Luc s’apprête à retrouver une seconde jeunesse.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Rajeunir une cité minière

  • Voilà à quoi ressembleront vos recherches sur la plateforme de Batibouw pendant les heures d’ouverture du salon. Un assistant vous aidera à vous y retrouver...

    Un salon Batibouw qui fera date

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. euronumeriqueweb

    Union européenne: pourquoi la BCE pourrait émettre un euro numérique

  2. Le Parlement flamand a mis Staf De Clercq, collaborateur notoire, dans sa galerie d’honneur de quatorze personnalités «ayant contribué à l’émancipation et la langue du peuple flamand»...

    Visa pour la Flandre: journalistes de caniveau…

  3. Le président Félix Tshisekedi a désormais récupéré l’essentiel du pouvoir en se servant avant tout de l’outil judiciaire et de ruses politiques que le défunt Mobutu n’aurait pas désavoués.

    RD Congo: le Premier ministre Ilunga Ilunkamba est destitué par l’Assemblée

La chronique
  • Visa pour la Flandre: journalistes de caniveau…

    Ah les journalistes, quels emmerdeurs… Toujours à fourrer leur nez partout ! Ils n’ont pas mieux à faire que de scruter chaque photo d’une brochure commémorative du Parlement flamand ? Ou de cacher des caméras en face de la porte d’entrée d’un restaurant étoilé anversois ? Franchement…

    Eh bien non, ils n’ont pas mieux à faire et cela fait même partie de ce qu’ils font de mieux. Les semaines récentes en ont fourni deux exemples. Le premier a défrayé la chronique, jusque dans les colonnes du journal Le Monde en France. Le Parlement flamand célèbre cette année ses 50 ans et a pour l’occasion commandité une édition spéciale du magazine Newsweek dans lequel figuraient, dans une galerie d’honneur de quatorze personnalités « ayant contribué à l’émancipation et la langue du peuple flamand », les photos de deux collaborateurs notoires. Staf De Clercq et August Borms sont même ce qu’on fait de « mieux » dans le genre. Activiste durant la Première Guerre mondiale, August Borms a (re)collaboré pendant la Deuxième et fut fusillé en 1946. Staf De...

    Lire la suite

  • Le risque d’effondrement intérieur et le souvenir des petits bonheurs

    Le moment est très critique. Pas une fois ces derniers jours, nos interlocuteurs n’ont fait semblant. A la question « comment va ? », la réponse fuse : « on en a assez », « je n’en peux plus ».

    La population, même celle qui a son quatre-façades avec jardin, même celle qui ne doit pas gérer des jeunes aux idées dangereusement noires, est saturée. On touche à l’évidence aux limites de ce qui est supportable. Et si l’on peut saluer l’absence de mouvements violents...

    Lire la suite