Elio Di Rupo, Berlin…: les premières réactions européennes aux incidents aux États-Unis

Elio Di Rupo, Berlin…: les premières réactions européennes aux incidents aux États-Unis

Le Congrès des États-Unis a suspendu en urgence mercredi une session destinée à certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle après l’irruption de manifestants pro-Trump dans le Capitole. Le président sortant, qui refuse de concéder sa défaite, avait appelé ses partisans à défiler à Washington en marge de cette séance protocolaire. Après l’avoir écouté, certains manifestants se sont mis en marche vers le Congrès et la police avait ordonné l’évacuation de plusieurs bâtiments.

L’Europe réagit

De nombreuses réactions affluent ce mercredi soir après au vu des images diffusées dans le monde entier. « Profondément inquiétant, les scènes du Capitole américain ce soir » a écrit ce soir sur Twitter David Sassoli, président du parlement européen. « Les votes démocratiques doivent être respectés. Nous sommes certains que les États-Unis veilleront à ce que les règles de la démocratie soient protégées. »

« La situation au Capitole est terrifiante. N’oublions jamais que la démocratie et les libertés conquises restent fragiles. Le processus et les institutions démocratiques doivent, en toutes circonstances, être respectées » a écrit Elio Di Rupo sur Twitter.

Berlin presse les pro-Trump de « cesser de piétiner la démocratie ».

Tentative de coup d’État

Plusieurs élus du Congrès des États-Unis ont dénoncé mercredi une tentative de « coup d’État » menée par des partisans de Donald Trump, qui sont parvenus à faire irruption dans le Capitole, ces mêmes élus avertissant que cette action était vouée à l’échec.

« Nous assistons à une tentative de coup d’État encouragée par le criminel de la Maison Blanche. C’est voué à l’échec », a tweeté le représentant démocrate William Pascrell, faisant ainsi référence à Donald Trump.

« Il ne s’agit pas d’une manifestation. C’est une tentative de coup d’État », a de son côté estimé l’élue Diana DeGette, en dénonçant « l’anarchie fomentée par notre propre président ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous