Accueil Monde États-Unis

Manuel Abramowicz: «Des activistes trumpistes purs et durs, totalement fanatisés»

L’extrême droite américaine est multiple et peu fédérée. Mais Donald Trump a su la rassembler sous sa bannière pour mener l’assaut contre le Capitole.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 5 min

Qui sont ces activistes qui ont pris d’assaut le Capitole mercredi, suivant ainsi l’appel lancé par Donald Trump ? Adeptes de la droite chrétienne, paramilitaires, néonazis… On distingue différentes tendances parmi ceux qui se sont rassemblés ces dernières années sous la bannière trumpiste, explique Manuel Abramowicz, spécialiste de l’extrême droite et coordinateur du webjournal « RésistanceS ».

On entend plus que jamais parler de l’« extrême droite américaine » depuis les événements de ce mercredi, à Washington. Ce terme fait débat car il recouvre une grande diversité de tendances et de réalités. Qu’en diriez-vous ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Otte Gérard, jeudi 7 janvier 2021, 23:12

    Je cherche la traduction de "barakî" en anglais pour qualifier ces énergumènes.

  • Posté par Martini Stéphane, jeudi 7 janvier 2021, 23:58

    Comme t'es liégeois je dirais plutôt "gamins de m ...."

  • Posté par Hellon Stephen, jeudi 7 janvier 2021, 22:52

    Véhémence portée contre les méfaits de la mondialisation, rage dirigée la concentration de la richesse entre les mains d'une élite. Est-ce que l'argument standard d'un militant Trump tient debout? Oui, l'argument tient, du moins en partie. Quant à ceux qui croient en la théorie du complot, ils intègrent et mélangent leur propres théories tordues à des faits économique et sociaux, qui sont eux bien réels. Mais dénoncer les méfaits de la mondialisation, la concentration de la richesse dans les mains d'une minorité, est-ce propre uniquement au camp électoral de Donald Trump? A mon avis, non. On retrouve ce genre d'analyses dans tous les champs politiques. Quant à cet hargne envers les élites, Trump à accéléré son développement certes, cependant il n'est ni le créateur ni la cause de ce mouvement. La plupart de ces électeurs ont été traînés sur ce long chemin de privatisation et la destruction de l'industrie lourde menée par Ronald Reagan et Thatcher. Le sentiment d'injustice causé par le néolibéralisme de ces quarante dernières années était déjà bien présent dans l'air avant Trump. Cela ne fait aucun doute que des groupes comme le Ku Klux Klan ont trouvé un nid bien chaud dans cette souffrance, ils ont retrouvé un nouveau souffle. Les extrémistes religieux, complotistes et 'Proud Boys' ont rejoint la bande. Il ne fallait plus que quelqu'un sans scrupules et intelligent peut exploiter cette situation à merveille. Pour son unique bénéfice car il ne tient jamais ses promesses électoraux. Trump ou le petit enfant d'un système néo-libéral en épuisement de force d'idées. Et Trump le sait, l'homme est plus intelligent qu'il parait.

  • Posté par Alexandre Fabienne, samedi 9 janvier 2021, 14:14

    A Hellon Stephen.... Destruction de l'industrie lourde menée par Reagan et Tatcher, 2 républicains/conservateurs pur jus, soulignons le !!!!

  • Posté par Martini Stéphane, vendredi 8 janvier 2021, 1:51

    Pertinent Stephen! Et merci surtout à Abramovicz pour l'analyse. La mondialisation devance les dictatures et démocraties parlementaires et ce président incarne l'arrivisme forcené du libéralisme étendu qui utilise le retour à "sa" terre d'abord, entendue comme le Sud ou l'Ouest profond pour manipuler certains démunis en réveillant leurs instincts primaires. Le marché est "en marche"... plus que jamais et piétine non seulement la gauche solidaire et dépasse la droite traditionaliste, bien plus encore : dictature communiste ou autre et démocratie capitaliste jouent dans la même cour. On atteint la pire crise des valeurs affirmées depuis un siècle: le "communisme" a adopté les lois du marché et libéralisme tourne en rond avec ses pulsions contradictoires, qu'on se le dise; le président de la plus grande démocratie parlementaire ouvertement amoureux d'un grand dictateur , c'est un signe des temps. L' apparition des virus ne fait que confirmer le fait, plusieurs pays de culture asiatique ont résolu en grande partie partie le problème et les pays occidentaux ont beaucoup plus de mal à s'en sortir!

Plus de commentaires

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs