Insurrection à Washington: décès d’un policier blessé lors d’affrontements avec des partisans pro-Trump

Insurrection à Washington: décès d’un policier blessé lors d’affrontements avec des partisans pro-Trump
Reuters

Un policier a succombé à des blessures reçues lors d’affrontements avec des partisans du président Donald Trump lors de leur intrusion au Capitole à Washington mercredi, a indiqué la police jeudi soir.

L’agent Brian Sicknick « était déployé sur les affrontements au Capitole mercredi 6 janvier 2021 et a été blessé lors de contacts physiques avec les protestataires », a indiqué la police du Capitole dans un communiqué. « Il est retourné à ses quartiers et s’est effondré. Il a été emmené à l’hôpital local où il a succombé à ses blessures » jeudi soir, selon le communiqué. M. Sicknick travaillait depuis 12 ans dans ce service de police.

Quatre protestataires sont morts durant ces incidents, dont une femme touchée par une balle tirée par la police. Pour les trois autres décès, les circonstances n’ont pas encore été éclaircies.

Censée être une simple formalité, la certification de la victoire de Joe Biden par les deux chambres du Congrès réunies en session extraordinaire a tourné à « l’insurrection », « presque à la sédition » selon les termes du président élu, quand une foule de partisans du président sortant a envahi le Capitole, interrompant les débats.

Les images prises de l’intérieur du majestueux bâtiment marqueront l’Histoire : élus portant des masques à gaz, agents de la police en civil arme au poing, manifestants installés dans les bureaux des parlementaires.

Ces scènes ont suscité consternation et indignation à travers le monde, et l’image des États-Unis, qui se posent volontiers en modèle démocratique, a été durablement abîmée.

Très critiqué pour son manque d’anticipation, le chef de la police du Capitole, Steven Sund, a présenté sa démission.

Au lendemain de cette journée de chaos qui a ébranlé l’Amérique, Donald Trump, accusé par Joe Biden d’avoir miné la démocratie, a lancé un rare appel à la « réconciliation », condamnant « une attaque odieuse » sur le Capitole.

Dans une vidéo qui marque un changement net de ton, le président républicain s’est dit « scandalisé par la violence » à laquelle se sont livrés quelques centaines de ses sympathisants.

« Je vais désormais me concentrer sur une transition de pouvoir ordonnée et sans accrocs », a-t-il encore assuré.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous