Accueil Opinions Chroniques Vous avez de ces mots

Notre français, une langue à {déconfiner}?

Câlinons notre langue de contact, pour en finir avec son confinement !

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Les résultats sont tombés pendant la trêve des confiseurs : le nom déconfinement a été élu « nouveau mot de l’année 2020 » en Belgique francophone, devançant de quelques voix son plus proche concurrent distanciel. Le choix de la Flandre s’est porté sur le mot knuffelcontact qui désigne littéralement une personne de contact que l’on peut câliner (knuffelen en néerlandais), l’équivalent de la locution contact rapproché en français.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Diogènes Alexandre, samedi 9 janvier 2021, 20:46

    Bonjour, Au fil des chroniques, j'ai bien entendu que c'est l'usage qui fait notre langue et pas nécessairement des académiciens. Le ou la Covid en est le plus bel exemple. Je regrette évidemment les excès du genre péno, conso et autres compo chers à certains journaleux, mais comme on dit chez nous, il faut faire avec. Je laisse donc aux puristes et autres intégristes linguistiques, leurs discussions oiseuses avec les modernistes ou je m'enfoutistes du respect de règles. Ce qui m'intéresse aujourd'hui, c'est le "politiquement correct", non pas par amour de la langue mais pour, en bon gentleman, ne pas choquer un interlocuteur susceptible. Je m'explique. J'ai appris qu'il existe des familles d'accueil pour chien d'aveugles. J'ai en effet bavardé avec une personne qui promenait un tel chien. Lorsque je le questionnais sur le dressage, je me suis fait reprendre: "ce n'est pas du dressage, c'est de l'éducation constructive!". Il y en a qui ont de ces mots! Existe-t-il un lexique des expressions "politiquement correct" du genre: non pas aveugle mais malvoyant, non pas handicapé moteur mais personne à mobilité réduite, non pas noir mais personne de couleur (même s'il est "jaune"), non pas jaune mais de type asiatique etc. A propos de noir et tant pis si je diverge (quoique) permettez moi cette anecdote. Un jour que je me promenais avec mon fils de quatre ans. Il s'est mis a crier très fort: Papa, Papa! Le monsieur il est tout noir!". Réaction souriante joviale et splendide de la personne "de couleur": "C'est la nature, jeune homme!". Comme quoi le bon vocabulaire dépend surtout de la personne à qui on s'adresse.

  • Posté par Michel Francard, dimanche 10 janvier 2021, 20:15

    Voici déjà deux listes qui pourraient vous intéresser: https://bizarrex.wordpress.com/2012/07/08/dictionnaire-du-politiquement-correct-pour-les-nuls/ https://www.laicite-republique.org/politiquement-correct-le-vocabulaire-yves-agnes.html

  • Posté par Diogènes Alexandre, dimanche 10 janvier 2021, 14:39

    Monsieur Francard, Merci pour votre commentaire. En fait, ce que je cherche c'est un tel lexique. Puisque vous rencontrez régulièrement ce genre de liste oserais-je vous demander (ou à un de vos lecteurs) de me la transmettre, voire de la publier? Que seraient les discussions linguistiques sans un peu d'humour? C'est d'ailleurs votre humour (notamment) qui fait ma joie quand je lis votre chronique. Bien à vous;

  • Posté par Michel Francard, dimanche 10 janvier 2021, 12:03

    Bonjour et merci pour votre commentaire. Je vois régulièrement passer ce genre de listes, souvent avec une intention humoristique. Elles n'ont rien d'officiel (ce qui est heureux...) et évoluent au gré des modes et des personnes.

  • Posté par Rahier Pierre, samedi 9 janvier 2021, 17:10

    Il y a belle lurette que les jeunes Wallons se sont détournés du néerlandais, langue que j'ai enseignée dans le secondaire supérieur pendant plus de trente ans. Tandis que j'officiais devant un parterre réduit d'une dizaine d'élèves qui ne se gênaient pas pour me dire que leur présence à mon cours résultait d'une volonté parentale qu'ils déploraient amèrement, ma collègue d'anglais se débattait devant une abondance d'élèves. En ce qui me concerne, je n'ai absolument pas la fibre belgicaine et suis autant séduit par le français de France que déçu par le français de Belgique attaqué par les flamandismes (sur base de, l'exemple le plus frappant) et les anglicismes de mauvais aloi (debunker !!!)

Plus de commentaires

Aussi en Vous avez de ces mots...

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs