Sous l'effet du virus, le déficit de l'Italie grimpe à 9,4% au 3e trimestre

Sur la même période de 2019, le déficit s'était élevé à 2,2%. Pour l'ensemble de l'année 2020, le gouvernement italien prévoit que le déficit public bondira à 10,8% du PIB, contre 1,6% enregistré en 2019.

Cette forte hausse du déficit au troisième trimestre est due "à la réduction des recettes et à l'augmentation substantielle des dépenses, en raison des mesures de soutien mises en place pour contrer les effets de la crise économique et sanitaire sur les ménages et les entreprises", a commenté l'Istat.

Les dépenses de l'Etat italien au troisième trimestre ont augmenté de 10,3% sur un an, alors que les recettes ont diminué de 4,8%, a précisé l'institut.

Sur les neuf premiers mois de l'année, le déficit a bondi à 10,1% du PIB, contre 2,8% sur la même période de 2019.

Le plan de relance de 222 milliards d'euros, dont le gouvernement italien a soumis jeudi une nouvelle version aux partis de la majorité, devrait encore contribuer à alourdir le déficit cette année.

Premier pays touché par l'épidémie de coronavirus en Europe en février, l'Italie a subi l'an dernier sa pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale, en raison notamment des deux mois de confinement strict imposés en mars et avril.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous