Accueil Société

Yves Van Laethem: «5% des nouvelles contaminations sont dues aux voyageurs de retour de vacances»

Le pourcentage de tests positifs varie extrêmement fort d’un pays de retour à l’autre.

Temps de lecture: 3 min

Les hospitalisations comme les décès continuent à diminuer, c’est un point favorable. Globalement nous avons l’impression que les vacances de Noël ont été bien gérées par vous et n’a pas prêté à problème » a expliqué Yves Van Laethem lors du point presse du Centre de crise ce vendredi matin.

Le porte-parole interfédéral s’est attardé sur les données de mobilité. « Beaucoup de personnes sont restées à la maison, le 31 décembre et le 1er janvier notamment » analyse-t-il. « La mobilité était moindre pendant les vacances de Noël que pendant les vacances de Toussaint. »

« Le nombre d’infections ne diminue pratiquement plus. C’est principalement lié au fait que le nombre de tests a été fortement modifié, entre une période de vacances où peu de tests ont été pratiqués et une période où plus de tests ont été faits, notamment au retour de vacances. »

« 5 % des nouvelles contaminations sont dues aux voyageurs de retour de vacances, durant les semaines précédentes c’était moins de 1 %. Si on s’intéresse aux tests faits chez les voyageurs, on se rend compte que 3,7 % de ces tests sont positifs. Le pourcentage de tests positifs varie extrêmement fort d’un pays de retour à l’autre. »

Les nouvelles contaminations diminuent chez les enfants de moins de 10 ans, mais augmentent chez les trentenaires et les plus de 70 ans. « Au cours de la dernière semaine, les nouvelles infections sont en augmentation importante à Bruxelles de 23 %, essentiellement liée aux adolescents et adultes, et est probablement liée à l’impact du retour des vacances ». Le Brabant wallon, la Province de Liège et du Brabant flamand sont en augmentation également.

« Si nous maintenons ce rythme, nous pourrions atteindre le chiffre de 75 hospitalisations par jour au mois de février », a-t-il conclu.

Légère baisse des contaminations

Le nombre moyen d’infections au coronavirus s’élève à 1.664 par jour entre le 29 décembre et le 4 janvier, indique vendredi l’Institut de santé publique Sciensano dans la mise à jour des données de son tableau de bord. Cela représente une petite baisse de 2 % par rapport à la semaine précédente.

Les hôpitaux belges ont admis en moyenne un peu moins de 131 patients (130,6) atteints du Covid-19 chaque jour entre le 1er et le 7 janvier (-10 %). Le nombre de patients hospitalisés pour une infection au coronavirus s’élève à 2.016 (-3 %), dont 382 en soins intensifs (-6 %).

Le taux de reproduction atteint lui 0,91.

En moyenne, le Covid-19 a par ailleurs fait 64 morts chaque jour entre le 29 décembre et le 4 janvier, un recul de 14,5 %. Au total, 19.936 personnes sont décédées en Belgique en raison du virus, qui a contaminé au moins 658.655 personnes depuis le début de l’épidémie.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

41 Commentaires

  • Posté par Miguel Roch, vendredi 8 janvier 2021, 20:03

    Les personnes de retour de voyage sont testés systématiquement (et obligatoirement) deux fois. Des asymptomatiques sont ainsi détectés. Ce n'est pas le cas de ceux qui n'ont pas voyagé. La comparaison est donc faussée.

  • Posté par zangaglia sergio, vendredi 8 janvier 2021, 18:30

    Donc 95 % des contaminations sont locales. Ceci démontre que, comme d'autres commentateurs l'ont écrit, c'est beaucoup plus dangereux de rester en Belgique que de partir à l'étranger. Mais quand on ne sait pas quoi faire, on tape n'emporte qui sans savoir ce qu'on fait et sans s'interesser des conséquences.

  • Posté par Migisha Jean, vendredi 8 janvier 2021, 19:37

    Alerte FAKE NEWS. Démonstration plus courte (lisez les posts précédents). "Donc 95 % des contaminations sont locales. Ceci démontre que, comme d'autres commentateurs l'ont écrit, c'est beaucoup plus dangereux de rester en Belgique que de partir à l'étranger." Ceci est une fausse information, démontrons pourquoi. 95% des contaminations sont locales. Soit 95% de 1.664 (1.581 personnes) contaminées par jour en moyenne cette dernière semaine en "local", soit 1.581 personnes contaminées par jour sur 11.650.000 Belges, soit (1.581 x 95 / 11.650.000 / 100) 0,0136% de positivité sur la population GLOBALE. Contre 3,7% de positivité sur les retours de voyage, SOIT 272 FOIS PLUS CONTAMINE. Il y a moyen de pondérer ces chiffres (lire post précédent), mais comme vous, je ne ferai pas cet effort cette fois-ci.

  • Posté par Luc Van De Wiele, vendredi 8 janvier 2021, 17:17

    Merci beaucoup Jean Mishiga. Mon post était de la provocation... Comparer les 2 chiffres n'a pas de sens. Mais je veux montrer que de même le titre de cet article "5% des nouvelles contaminations sont dues aux voyageurs de retour de vacances" ne veut rien dire mais veut faire penser quelque chose qui n'est ni écrit ni démontré.

  • Posté par Migisha Jean, vendredi 8 janvier 2021, 17:42

    @Luc Van De Wiele. Je ne l'avais pas vu comme cela et suite à votre réponse, vous invite à partager des points de vue qui, certes, ne seront pas toujours en phase, mais permettront de ne pas à avoir à monter vers le Capitole :-). Effectivement, je ne m'attache plus aux titres accrocheurs qui sont les premiers à n'apporter aucune information. Pour ma part j'ai été surpris que même au JT du 13h à la RTBF, ce raccourci ai été utilisé. Loin est le temps où le "Pourquoi pas", hebdomadaire qui distillait des analyses posées apportant une information dont on pouvait s'approprier le contenu et (si le besoin se faisait sentir, aller chercher des compléments d'informations ailleurs). Ici je souhaite indiquer que le cinquième pouvoir a perdu de sa superbe. Et je ne vais pas parler que d'orthographe (car un de mes problèmes majeurs). En résumé, je me montre prêt à échanger. Il semble que l'instant est propice pour modifier (à la marge) le monde à venir.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Grand format La pénurie de profs aggravée par l’abandon des jeunes

A cette période de l’année, il devient difficile pour les directions de trouver un prof remplaçant. La faute à la pénurie d’enseignants ? Tout dépend de la définition que l’on en donne. Entre les profs qui prennent leur pension anticipée (un sur cinq) et ceux qui la quittent prématurément (un sur trois), la profession souffrirait plutôt d’un manque d’organisation des carrières.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko