Accueil Culture Livres

BD: le fado des douleurs de la dictature de Salazar

Antonio Salazar a dirigé le Portugal d’une main de fer pendant près de quarante ans. Nicolas Barral chante la rébellion démocratique dans la mélancolie populaire d’un fado.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 4 min

Hitler et Mussolini ont connu des fins tragiques, au contraire du Portugais Salazar, mort en 1970, à Lisbonne, sans jamais avoir desserré l’étau de la dictature. En 1933, Salazar a institué l’Etat nouveau dans son pays et s’est approprié les pleins pouvoirs. Le « salazarisme », construit sur les valeurs conservatrices de Dieu, de la Patrie et de la Famille, inspirera très directement les « vichystes » du maréchal Pétain pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais au contraire de Pétain, Salazar gardera ses distances avec Hitler, se contentant de fournir des matières premières au régime nazi, tout en permettant aux Alliés d’installer une base militaire aux Açores pour contrer les U-Boote de la Kriegsmarine.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs