Accueil Monde États-Unis

Comment l’assaut du Capitole trahit la fracture du corps social américain

Les postures sécessionnistes de Donald Trump ont conduit les plus radicaux de ses partisans à prendre symboliquement le Capitole d’assaut. Une violente poussée de fièvre qui trahit le délabrement du corps social américain.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 7 min

L’épuisement des recours introduits par Donald Trump dans la foulée de l’élection du 3 novembre donna au soulagement ressenti par le résultat du scrutin la forme d’un espoir pour d’innombrables personnes, bien au-delà des frontières de ce pays. La profanation du Capitole des États-Unis, saint des saints de la démocratie américaine, est venue doucher cet optimisme.

Parmi les innombrables images édifiantes diffusées en boucle, il en est une plus chargée de symboles encore que celle du suprémaciste blanc combat shoes posées sur le bureau de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants : c’est celle de ce manifestant déambulant tranquillement dans les couloirs du Capitole le drapeau confédéré posé sur l’épaule.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Dupont Vincienne, samedi 9 janvier 2021, 20:44

    Il ne me semble pas que ce drapeau soit le Stars and Bars. Plutôt le Dixie Flag, en fait.

  • Posté par Weissenberg André, dimanche 10 janvier 2021, 10:59

    C'est le "Stainless Banner", issu du "Battle Flag", adopté comme drapeau national par le Congrès confédéré le 1er mai 1863. Il comprend les 13 étoiles des États confédérés dans les branches d'une croix reliant les coins d'un rectangle.

  • Posté par cobbaert jean, samedi 9 janvier 2021, 19:53

    Très bon article. Rarement ce journal n'a traité le sujet de Trump de façon aussi objective. Ce que vivent les Etats-Unis est ce que nous vivrons bientôt car ce que appelons "démocratie" répond de moins en moins à ce que la majorité de la population attend. Il y a de plus en plus d'américains qui veulent changer ce système politique; il suffit de constater ce sondage disant que 29 % de la population (45 % des sympathisants républicains) approuvait l'assaut du Capitole... Si cela pouvait faire réfléchir nos responsables politiques, ces 53 ministres (dont 9 de la santé), ces 4500 membres de cabinets, ces 3000 mandataires publics des 200 intercommunales...

  • Posté par Ask Just, samedi 9 janvier 2021, 19:19

    Penser que les trumpistes ne sont que des pauvres, des Rednecks et des gens peu éduqués et dangereux parce qu’il cache un des moteurs essentiels de tout mouvement fasciste : la participation d’une frange aisée de la population. Le revenu moyen des électeurs de Trump est bien plus élevé que celui des électeurs de Biden. Il est largement soutenu par la bourgeoisie blanche aisée des suburbs. Sans argent, vous n’êtes rien aux USA

  • Posté par Weissenberg André, dimanche 10 janvier 2021, 11:31

    Ce sont les laissés-pour-compte du rêve américain, aujourd'hui en voie de désintégration ... Dans les années 60, il suffisait de pas grand-chose, càd du bac, pour (bien) vivre sa vie, voyager un peu, être propriétaire, fonder une famille, payer des études aux enfants et avoir une pension décente. Bref, la classe moyenne blanche de "Ma sorcière bien aimée" dans toute sa splendeur ... Malheureusement - et c'est l'industrie automobile US qui va en faire la première les frais (cfr GUNG HO / Du saké dans le moteur) - l'industrie US va miser sur la main-d'œuvre à faible coût plutôt que sur l'automatisation, jusqu'à ce que les conditions de vie au Mexique et en Amérique centrale et latine s'améliorent et que le réservoir de main-d'œuvre à bas coût se tarisse. La classe moyenne américaine en est la victime collatérale: cela entraîne son sur-place économique, puis son déclassement progressif, tant en termes de pouvoir d'achat que de perspectives. La crise immobilière de 2007, puis la crise financière viennent leur donner le coup de grâce en les privant de leur maison, puis de leur pension. S'y ajoute le problème similaire des fermiers du Middle-West, qui perdent leurs fermes à tour de bras. Enfin celui des mineurs et des ouvriers des aciéries de la Rust Belt, victimes de la désindustrialisation et du "shit to services", de la tertiarisation de l'économie américaine, càd de sa transformation en une économie de services, surtout après le second choc pétrolier du début des années 80.

Plus de commentaires

Aussi en USA

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs