Accueil

Analyse: Prudence

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Marius Gilbert et Sophie Wilmès ont au moins deux points communs : leur cote de popularité qui a explosé durant la crise du covid ; et leur goût pour un discours modéré, nuancé. Preuve qu’on peut « plaire » sans être dans l’excès. Après, l’académique dispose d’une plus grande liberté de ton que l’ex-Première. Quand il ose une critique sur Maggie De Block, Sophie Wilmès ne peut qu’esquiver, se contentant de relever la différence de « personnalité » entre l’actuel et l’ex-ministre de la Santé.

Il est vrai que Sophie Wilmès est toujours vice-Première d’un pays qu’elle a dirigé durant les sept premiers mois d’une épidémie qui a déjà causé près de 20.000 morts et où le covid fait toujours rage. Alors elle reste sur sa ligne : prudence ; et défense de sa gestion. En particulier quand on lui parle du dernier CNS qu’elle a présidé le 23 septembre (auquel participait Marius Gilbert).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs