Marc Van Ranst: «Cette semaine sera à nouveau importante pour savoir dans quelle direction nous allons»

Le virologue flamand, Marc Van Ranst.
Le virologue flamand, Marc Van Ranst. - Photo News

Depuis le début de l’épidémie, 20.078 personnes sont décédées en Belgique à cause d’une infection au coronavirus, indiquait lundi matin l’Institut de santé publique Sciensano dans la mise à jour des données de son tableau de bord. Le nombre moyen d’infections s’élève lui à 1.816 par jour entre le 1er janvier et le 7 janvier, en hausse de 14 % par rapport à la semaine précédente.

Effets des vacances

Pour Marc Van Ranst, interrogé par Het Laatste Nieuws, « tant que les hospitalisations, les unités de soins intensifs et le nombre de décès n’augmenteront pas, nous espérons que cette augmentation ne sera que temporaire. » Et d’ajouter : « Cette semaine sera à nouveau importante pour savoir dans quelle direction nous allons et quels conseils nous devons donner pour l’avenir ».

Désormais, nous commençons à voir les effets des vacances sur les chiffres relatifs à l’épidémie. « Les nouvelles infections sont revenues avec le retour des voyageurs, mais nous avons également testé davantage de personnes. Le fait que ces chiffres augmentent, signifie que nous trouvons les nouvelles infections. Nous espérons que cela ne mettra pas plus de pression sur notre système hospitalier », explique M. Van Ranst.

L’inquiétude des variantes

À cette légère hausse des contaminations s’ajoute l’inquiétude quant aux variantes britannique et sud africaine du covid-19. Plusieurs contaminations à la variante britannique ont été détectées dans notre pays. Pour le virologue, « on va voir de plus en plus cette variante britannique. On ne peut pas vraiment l’arrêter, mais on peut la ralentir ».

Plusieurs voyageurs sont également en train d’être testés pour la variante sud-africaine après leur retour. « Il y a eu un certain nombre d’échantillons de voyageurs qui sont revenus et deux sur trois sont positifs, indique le virologue flamand. « Il pourrait s’agir d’une variante, mais les résultats du séquençage ne sont disponibles que pour mercredi ». Pour Marc Van Ranst, s’il « est évident que la variante britannique sera couverte (par le vaccin), pour la variante sud-africaine, c’est plus incertain ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous