Accueil Monde États-Unis

Insurrection à Washington: ce fut bien pire encore que les premières images ne le laissaient supposer

L’enquête sur l’assaut orchestré contre le Capitole révèle les noirs desseins des protagonistes, et la responsabilité indiscutable de Donald Trump. Tandis que les appels à de nouvelles actions subversives se font jour, Washington débat d’une nouvelle procédure de destitution en urgence, pour limiter les dégâts infligés à la démocratie américaine.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 4 min

Ce fut bien pire encore que les premières images ne le laissaient supposer. Tandis que des supporters pro-Trump déambulaient nonchalamment sur les marches du Capitole, le 6 janvier, des escouades déterminées d’insurgés casqués et armés de battes de base-ball écumaient les couloirs du bâtiment fédéral avec un noir dessein : kidnapper les élus qui leur tomberaient sous la main et interrompre la certification de la victoire de Joe Biden, pour offrir son deuxième mandat présidentiel à leur champion, sur un curieux plateau d’argent en forme de putsch.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par swinge olivier, mardi 12 janvier 2021, 19:31

    Danger de guerre civile aux USA... Et ils sont armés jusqu'aux dents...

  • Posté par Persenaire André, mardi 12 janvier 2021, 16:43

    Quand une part significative de la population prend conscience d'être exploitée ou déclassée, les conditions de la révolte s'installent dans le pays et le consensus s'effrite. C'est ce qui s'est passé à partir de 1763 en Amérique de nord, de 1789 en France, en 1830 en Belgique, après la défaite allemande de 1918 en Allemagne, après fin la guerre de 1914 en Belgique et au début de XXIe siècle dans les pays arabes.// Si à ce moment, un "homme providentiel" se révèle, soit par un charisme particulier (Washington), soit parce qu'il a acquis une popularité significative dans un autre domaine (Trump par ses shows télévisés, De Wever dans De slimste man), soit parce qu'il est soutenu par plusieurs composantes de la réaction (Hitler était un "sous-marin des industriels nationalistes allemands), la révolte éclate et il en prend la tête.// Cependant la révolte peut aussi éclater sans qu'un leader se détache : c'est ce qui s'est passé en France et en Belgique et dans ce cas, la révolution est plus généralement perçue comme légitime.// Enfin, faute d'un leader, la révolte peut s'étioler et la pouvoir en place se maintenir comme lors du "printemps arabe".

  • Posté par Anciaux - De Faveaux , mardi 12 janvier 2021, 10:07

    Curieux, les volte-face de certains Républicains qui aujourd'hui feignent de se rendre compte de l'ignominie de Trump. Pourquoi et comment ont-ils supporté Trump aussi longtemps? celui-ci les faisait-il chanter, les tenait-il par les c....en raison de quelques mauvais coups commis, de corruptions partagées, d'arrangements mafieux? La "démocratie" américaine est un système ploutocratique qui n'a de démocratique que le nom, terrain de guerres pour milliardaires en quête des prochains bons coups...

  • Posté par Alexandre Fabienne, mardi 19 janvier 2021, 21:21

    Trump tient la plupart des Républicains par la peur, la peur de court circuiter leur carrière politique par un tweet rageur à destination de sa "base", mettant à mal un élu républicain qui ne l'aurait pas assez soutenu à son goût et handicapant ainsi sa réélection de Sénateur et de Représentant.... Le cas du sénateur républicain du Missouri, Josh Hawley, connu pour avoir une ambition dévorante et candidat autoproclamé à la présidentielle 2024 est vraiment l' exemple parfait de cet opportunisme vis à vis de Trump pour profiter de la base électorale républicaine de celui-ci.... Hawley est ce Sénateur qui a mené à la contestation de la certification de Joe Biden le 6 janvier au Congrès, entraînant avec lui d'autres élus Républicains. Il est un des seuls à avoir continuer la contestation après l'assaut du Congrès . Assaut qu'il a encouragé, autant, si pas plus que Trump. Si Trump mérite d'être destitué, Hawley mériterait, lui, d'être expulsé du Sénat avec interdiction d'y jamais remettre les pieds....

  • Posté par Pedro Teixeira, mardi 12 janvier 2021, 7:17

    Tout ceci me rappelle les chemises brunes ( S.A.) d' Adolf Hitler : mêmes pratiques, mêmes idéaux !!

Plus de commentaires

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs