Brexit - En Irlande du Nord, la chaîne d'approvisionnement au bord de l'"effondrement"

Les supermarchés "rencontrent des difficultés considérables" pour remplir leurs rayons depuis le 1er janvier, date qui a marqué la fin de la période de transition post-Brexit et la mise en place de nouveaux contrôles douaniers, a déclaré John Martin, l'un des responsables pour l'Irlande du Nord de la Road Haulage Association (RHA).

"Certaines entreprises ont décidé de cesser d'approvisionner l'Irlande du Nord en raison de l'incertitude ou des retards", a-t-il expliqué à l'AFP.

Les volumes de fret représentent "30% à 40% du volume normal" en raison également des restrictions liées à la pandémie de nouveau coronavirus et le système "est littéralement à quelques jours de l'effondrement", a-t-il prévenu.

La chaîne de supermarchés Sainsbury's a déclaré la semaine dernière qu '"un petit nombre de produits" étaient "temporairement indisponibles" en Irlande du Nord, le temps que soient "confirmés les arrangements à la frontière".

Depuis le 1er janvier, les effets du Brexit se font sentir avec la sortie du Royaume-Uni de l'union douanière européenne.

Des dispositions spéciales alignent l'Irlande du Nord sur l'UE, afin d'éviter la réapparition d'une frontière dure avec sa voisine, la République d'Irlande.

Cela nécessite des contrôles sur les marchandises arrivant en Irlande du Nord depuis la Grande-Bretagne.

Un accord a été trouvé en décembre entre Londres et l'UE afin de faciliter l'approvisionnement mais les entreprises préfèrent ne pas exporter vers l'Irlande du Nord, a déclaré M. Martin.

Selon lui, le système du gouvernement britannique conçu pour gérer les documents d'importation atteint sa "capacité maximale".

Les transporteurs d'Irlande du Nord commencent à opérer à perte, ramenant des camions vides de Grande-Bretagne.

La semaine dernière, la compagnie de ferry Stena Line a annoncer l'annulation de plusieurs traversées entre le Pays de Galles et Dublin, par où transite une part importante des marchandises destinées à l'Irlande du Nord.

Elle avait invoqué "les problèmes dans la chaîne d'approvisionnement (entraînant) une baisse significative des volumes de fret".

Et la semaine dernière, le fisc irlandais a estimé que de nombreux importateurs avaient "considérablement sous-estimé les préparations pour le Brexit" et a assoupli les formalités administratives pour "faire circuler leurs marchandises".

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous