Le Tour de France, Chris Froome y croit encore et toujours: «Je veux me battre pour la victoire»

Twitter Israel Start-Up Nation
Twitter Israel Start-Up Nation

Parti trouver un nouveau souffle chez Israël Sart-Up Nation après onze années au sein de la Sky et ses diverses dénominations, le quadruple vainqueur de la Grande Boucle pense toujours au maillot jaune. « Mes objectifs n’ont pas changé, je veux revenir au plus haut des niveaux », explique-t-il dans une vidéo partagée par sa nouvelle formation, formation où officie désormais Rik Verbrugghe. « Je veux me battre pour la victoire sur le Tour de France et sur les deux autres Grands Tours. J’ai vraiment hâte de lancer cette nouvelle saison, je suis vraiment optimiste », poursuit celui qui n’a pas participé au premier rassemblement collectif de son équipe pour poursuivre son travail spécifique sous le soleil californien où il s’est momentanément installé et accumule des efforts centrés sur les « déséquilibres et faiblesses », consécutifs à sa chute lors de la reconnaissance de l’exercice chronométré du Dauphiné, il y a deux ans.

Depuis ce funeste 12 juin 2019, le vainqueur des trois Grands Tours cherche à retrouver son grade. Son grand retour à la compétition, l’année dernière dans une saison il est vrai complètement chamboulée par la pandémie, n’a guère apporté de résultat probant. Aucun résultat parmi les vingt-cinq premiers sur ses quarante-quatre jours de courses, aucune prise dans les pourcentages où jamais il n’a joué un réel rôle, un Tour d’Espagne où il a joué les serviteurs zélés, conscient de ses limites et une non-sélection pour le Tour de France en guise de camouflet définitif. Loin, forcément, de la saison escomptée. Du moins, pas en adéquation avec ses objectifs comme ceux claironnés par son ancienne formation car, foncièrement, le retrouver sur un vélo tient déjà de la véritable prouesse.

À trente-cinq ans, Chris Froome ressentait, en tout cas, le besoin de changer d’air. « Je reviens d’une blessure importante et j’ai trente-cinq ans. Passer dans une autre équipe m’aide maintenant beaucoup mentalement et me donne une nouvelle motivation. Tout est désormais complètement nouveau. J’ai un peu la sensation de rajeunir après des saisons qui, d’année en année, au sein de la même équipe, ressemblaient un peu à du copier-coller. »

Un changement qui doit, de facto, agir comme un coup de fouet pour le Britannique qui, s’il a, dans la rigueur du papier, signé un contrat d’une seule saison avec la formation israélienne, parle lui d’un réel « engagement ». « Ce n’est pas pour une année ou deux, c’est plutôt un réel engagement jusqu’à la fin de ma carrière et peut-être au-delà », assure le septuple vainqueur de Grand Tour, qui se verrait bien endosser d’autres fonctions par la suite, aux côtés de son ancien équipier de la Sky devenu manager général de la puissante escouade israélienne, Kjell Carlstrom. La présence du Finlandais aurait d’ailleurs joué un rôle déterminant dans l’arrivée de Chris Froome.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous