France: des objets nazis retirés d'une vente aux enchères

Des casques nazis, un buste d'Adolf Hitler, un tampon et un brassard de Waffen-SS, des décorations militaires et des avis de décès de Waffen-SS: une centaine d'objets emblématiques du IIIe Reich avaient été présentés sur le site internet de la vente, a indiqué un lanceur d'alerte, qui se fait appeler Axel et traque les ventes aux enchères d'objets nazis.

Ces objets faisaient partie d'un ensemble de lots consacré aux "armes réglementaires françaises et militaria des XVIIe au XIXe siècle", selon le site internet de la vente.

"Les objets concernés étaient présentés avec une pastille sur les insignes nazis, comme la loi nous y autorise, mais j'ai décidé de les retirer et ils seront restitués au vendeur", a déclaré à l'AFP le commissaire-priseur de la maison de vente aux enchères Philippe Casal.

"Il y a une poussée de ces ventes, j'en ai recensé au moins une quarantaine à venir dans les six prochains mois", déplore Axel, rappelant que ces objets peuvent être vendus mais pas exhibés. "La loi doit interdire purement et simplement ce type de vente", selon lui.

Ces objets "sont achetés par des gens fascinés par le nazisme, qui est l'idéologie d'une organisation criminelle", a déclaré à l'AFP l'historien et avocat Serge Klarsfeld, associé au juriste pour empêcher ces ventes aux enchères.

Les objets militaires "appartiennent à l'Histoire" et peuvent "être présentés avec précaution dans des musées sérieux" mais "les emblèmes de l'idéologie nazie sont à proscrire", a ajouté l'avocat.

Plusieurs ventes aux enchères d'objets nazis ont été annulées en ce début d'année, comme à Albi ou Soisson (Aisne).

Vendredi, une trentaine d'objets de ce type ont également été retirés d'une vente qui devait avoir lieu à Blois le 16 janvier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous