Plan de relance: Bruxelles défavorisée? Réunion en urgence du gouvernement Vervoort

Plan de relance: Bruxelles défavorisée? Réunion en urgence du gouvernement Vervoort
Hatim Kaghat

C’est peu dire que l’accord sur la clé de répartition de la manne européenne du Plan de reprise et de résilience passe mal à Bruxelles. Pour rappel, le gouvernement Vervoort avait soumis des projets (axés, notamment, sur la formation et la rénovation des bâtiments) pour un milliard et espérait recevoir « au moins 500 millions, voire un peu plus ». Stupeur, puis colère, donc, lundi soir, dans les rangs bruxellois, lorsque le chiffre tombe : 395 millions pour Bruxelles (à peine 6,7 % de la manne européenne octroyée à la Belgique). Sur Twitter, la ministre fédérale, Zakia Khattabi (Ecolo) s’étonne : « Curieuse de prendre connaissance des analyses et critères qui ont prévalu à une telle répartition, aussi défavorable à Bruxelles. »

Explication ? Aucune à ce stade. Officiellement, il faut se contenter d’une « personne n’a reçu ce qu’il réclamait ». Ou d’un « Bruxelles bénéficiera aussi des fonds attribués à la Fédération Wallonie-Bruxelles ou au fédéral » – comme la Wallonie, par ailleurs mieux servie pour ses projets propres… D’autres vont plus loin : « La Flandre et la Wallonie se seraient-elles entendues sur le dos de Bruxelles ? », « une fois de plus, les francophones sortent perdants de la négociation ».

Rudi Vervoort avalisera-t-il définitivement (dans le cadre d’un comité de concertation électronique) cette clé de répartition qui lui semble si défavorable ? Ecolo et Groen, à la pointe de la contestation, exigent en tout cas d’en discuter, au plus vite, en gouvernement bruxellois. Une demande, « formulée par presse interposée », qui n’a pas plu à tous les partenaires de majorité, mais qui a été acceptée. Les ministres bruxellois se verront ce mardi lors d’une réunion qui débutera à midi 30. Pas sûr que cela permette de modifier quoi que ce soit aux tableaux chiffrés… Mais il est certain que ce dossier s’ajoute à d’autres, singulièrement la taxation kilométrique, qui vont tendre, dans les prochains mois, les relations entre Bruxelles et les autres entités (fédérées voire fédérale).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous