Accueil Société

Commerce: la lourde facture financière et psychique du covid

Une coiffeuse, des restaurateurs et une commerçante confient ce que les dix premiers mois de la pandémie leur ont coûté, à tout point de vue. Bilan d’une crise entre galère, espoirs et colère.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Dix mois. Cela fait déjà dix mois que le covid est entré dans nos vies et les a déboussolées, tant sanitairement que psychologiquement. Et tant socialement qu’économiquement. Pour les petites entreprises et les indépendants actifs dans le commerce et les services dits « non essentiels », les fermetures forcées – tant passées que présentes – couplées aux réouvertures sous fortes contraintes ont eu un impact financier particulièrement dramatique. Les pertes de ces entrepreneurs se sont élevées à près de 60 % en avril et encore entre 25 et 30 % en septembre, selon des chiffres compilés par la Banque nationale (BNB).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Albin S. Carré, jeudi 14 janvier 2021, 22:46

    L'état s'aide énormément, lui qui réclame des acomptes mensuels à l'ONSS calculés sur les salaires versés au cours du même trimestre de l'année précédente alors que cette année, l'entreprise est fermée. En plus des charges fixes, ces acomptes à l'ONSS qui seront finalement crédités mais pas remboursés syphonnent les trésoreries des entreprises. Beau soutien!

  • Posté par ladeuze olivier, jeudi 14 janvier 2021, 11:14

    Le problème de l'anlayse c'est qu'indépendant regroupe trop de dispartités, aucun point commun entre un consultant informatique avec un simple bureau dans sa maison familiale et un restaurateur louant à prix d'or dans un quartier touristique déserté. Ce qui tue ce sont les loyers... Est-il normal que les grosses sociétés immobilières et les investisseurs de l'immobilier commercial ne participent pas à cette débacle en ramenant les loyers commerciaux à 20% soit leur coût d'entretien puisque ces locations ne peuvent plus servir à leur rôle premier ? Ils gagneront encore sur l'inflation des prix immobiliers au final sans doute. Pour être à 'laise dans ce pays qu'on soit indépendants ou autre travailleur ne jamais rester locataire à long terme.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, jeudi 14 janvier 2021, 11:36

    Si vous n'avez pas hérité, il ne vous reste alors qu'à emprunter. Et comme dans la pratique, les banques ne prêtent qu'aux fonctionnaires nommés et aux CDI dans une série de secteurs jugés "sûrs", votre conseil n'est applicable que par une minorité privilégiée.

  • Posté par burnotte Michel, jeudi 14 janvier 2021, 11:05

    Formidable, le Soir ouvre les yeux sur une situation prévisible dès le premier confinement. Mais que veulent nos ministres et experts? La gravité des effets collatéraux est-elle qu'il y a de quoi s'interroger.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, jeudi 14 janvier 2021, 11:41

    En ce qui me concerne, je pense (mais ce n'est pas particulier à la Belgique) que les gouvernements sont sous pression pour assassiner volontairement tout ce qu'il reste de véritable petit commerce indépendant, afin de laisser le champ libre à des acteurs puissants et/ou multinationaux qui les remplaceront par des franchisés. Le phénomène n'est pas nouveau: allez dans tous les centres commerciaux modernes: combien de marchands de vêtements, bars, magasins de déco, etc. sont encore véritablement tenus par de vrais indépendants? Très peu. La grosse majorité sont des franchisés. Phénomène en cours depuis longtemps mais l'aubaine est excellente pour clôturer l'affaire une bonne fois pour toutes.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs