Coronavirus - A moins d'un troisième confinement, North Sea Port voudrait réduire de moitié ses pertes

Au début de la semaine, Volvo avait annoncé une baisse de sa production. Le constructeur automobile avait temporairement arrêté sa chaîne de production l'an dernier en raison de la crise et n'a pas pu rattraper son retard. "De toute façon, avec un confinement, vous perdez un certain volume", situe Daan Schalck. "Si un troisième lockdown à travers l'Europe devait être drastique et durer longtemps, vous verrez à nouveau moins de transports", prédit celui qui dirige les ports de Gand, Flessingue et Terneuzen.

L'impact des confinements futurs serait toutefois moins sévère que le premier, lorsque plusieurs entreprises avaient dû fermer leurs portes. "Cela ne s'est pas produit lors de la deuxième vague", analyse le CEO. La probabilité d'un troisième confinement semble également plus faible à mesure que la campagne de vaccination se met en place, pointe-t-il.

Depuis le mois d'août, North Sea Port constate une reprise de l'activité dans la zone portuaire de Gand et se montre optimiste pour l'année à venir. Les pertes de revenus ne sont pas un problème pour l'entreprise belgo-néerlandaise, qui emploie quelque 250 personnes. Une série de dépenses ont également été annulées, entre autres en raison de l'annulation de voyages d'affaires et de retards dans des projets de construction.

North Sea Port ambitionne de retrouver en 2022 le volume de transbordement atteint en 2019, avec quelque 71,5 millions de tonnes via la navigation maritime.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous