Toujours pas d'accord entre partenaires sociaux sur l'enveloppe bien-être

Cela fait des mois que syndicats et employeurs essayent de s'accorder sur la répartition de l'enveloppe bien-être, destinée à augmenter les allocations sociales (pensions, chômage, invalidité). Il s'agit d'un montant de 700 millions d'euros, hors index.

La loi prévoit que les partenaires sociaux devaient fournir un avis pour le 15 septembre. En l'absence d'accord, le gouvernement leur avait donné un sursis qui expirait le 15 décembre, mais les partenaires sociaux s'étaient encore quittés sans fumée blanche. L'échéance suivante avait été fixée à ce mercredi.

Les discussions n'ont toujours pas abouti, mais une nouvelle réunion est planifiée, assure-t-on du côté des employeurs.

Du côté du cabinet du ministre de l'Emploi, Pierre-Yves Dermagne, on maintient le cap et souligne que la place sera laissée à la négociation tant qu'il y a du dialogue entre partenaires.

Outre cette question des allocations sociales, les débats sur l'accord interprofessionnel, qui fixe la norme salariale pour le secteur privé, ne s'annoncent pas plus simples.

Le Conseil central de l'économie (CCE) publiera jeudi son rapport tant attendu qui détermine dans quelle mesure les salaires peuvent augmenter cette année et en 2022. Le texte laisserait peu de marge à des hausses salariales, ce qui laisse augurer d'âpres négociations, se murmure-t-il à bonne source.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous