Deuxième «impeachment» : Trump appelle à l’unité tandis que Biden demande au Congrès de travailler sur les priorités

Deuxième «impeachment» : Trump appelle à l’unité tandis que Biden demande au Congrès de travailler sur les priorités

Le président américain Donald Trump a lancé mercredi soir un appel à l’unité, affirmant que la violence n’avait «pas sa place» en Amérique.

« Aucun de mes véritables partisans ne pourrait être favorable à la violence politique», a-t-il déclaré dans un message vidéo dans lequel il n’évoque à aucun moment sa mise en accusation par le Congrès pour avoir encouragé l’assaut de ses sympathisants contre le Capitole.

«Si vous faites cela, vous ne soutenez pas notre mouvement, vous l’attaquez, vous attaquez notre pays. Nous ne pouvons le tolérer», a-t-il ajouté.

Biden : travailler sur les priorités

De son côté, le président élu Joe Biden a demandé mercredi au Congrès de travailler sur les priorités de son programme, malgré le procès en destitution de Donald Trump, qui s’ouvrira après l’arrivée au pouvoir du démocrate.

«J’espère que le Sénat trouvera une façon de gérer leurs responsabilités constitutionnelles concernant le procès en destitution, tout en conduisant les affaires urgentes de la nation», a-t-il indiqué dans un communiqué, après la mise en accusation de Donald Trump.

Parmi les priorités citées par Joe Biden: la confirmation des membres de son cabinet, la relance de l’économie américaine, et la poursuite du plan de distribution de vaccins contre le Covid-19.

«Cette nation reste sous la menace d’un virus mortel et d’une économie vacillante», a alerté le futur président.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Donald Trump s’est montré déterminé à s’assurer que son mouvement populiste gardera bien le contrôle d’un Parti républicain qui peine à masquer ses divisions.

    Etats-Unis: le grand retour de Donald Trump

  • Joe Biden n’abandonne pas la hausse du salaire minimum; il préfère l’obtenir par d’autres voies.

    Joe Biden ajourne la hausse du salaire minimum

  • Le périmètre de sécurité, avec ses arêtes hérissées de lames de rasoir et ses gardes nationaux lourdement armés, «donne des airs de base militaire au siège de notre démocratie», regrette une élue. © EPA.

    Danger maximal contre le Congrès et Joe Biden

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous