Accueil Société

Coronavirus: l’OMS se réunit en urgence alors que les variants se répandent

Particulièrement contagieux, les variants britannique et sud-africain du coronavirus essaiment.

Temps de lecture: 5 min

Le comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se penche jeudi sur les nouveaux variants du coronavirus, qui inquiètent les autorités dans le monde, où la lutte contre le regain de la pandémie s’intensifie à coups de confinements, couvre-feux et campagnes de vaccination.

La résurgence du virus frappe aussi la Chine, qui avait largement maîtrisé l’épidémie mais a recensé jeudi son premier décès dû au Covid-19 depuis mai dernier.

Particulièrement contagieux, les variants britannique et sud-africain du coronavirus essaiment : le nombre de pays et territoires où se trouve le variant repéré initialement en Grande-Bretagne s’élève à 50 et il est de 20 pour le variant identifié en Afrique du Sud, estime l’OMS pour laquelle cette évaluation est probablement sous-estimée.

Et une troisième mutation, originaire de l’Amazonie brésilienne et dont le Japon a annoncé dimanche la découverte, est analysée et pourrait impacter la réponse immunitaire, selon l’OMS qui évoque « un variant inquiétant ».

Pour discuter notamment de ces variants – l’un des sujets qui « nécessitent un débat urgent » – le comité d’experts de l’OMS, qui se retrouve normalement tous les trois mois, a été convoqué avec deux semaines d’avance. Des recommandations pour l’OMS et les pays membres seront publiées à l’issue de la réunion jeudi, précise un communiqué de l’organisation publié mercredi à Genève.

Enquêteurs en Chine

Une nouvelle vague de contaminations frappe un peu partout dans le monde.

La Chine, où l’épidémie était apparue fin 2019, a rapporté jeudi le premier décès depuis huit mois dû au coronavirus. Il a été enregistré dans la province du Hebei, où plusieurs villes ont été dernièrement soumises à un confinement après l’apparition de foyers de contaminations. Les autorités sanitaires chinoises ont fait état de 138 nouvelles contaminations, bilan quotidien le plus élevé depuis mars.

Ce nouveau décès intervient alors qu’une équipe d’experts de l’OMS est arrivée jeudi dans le pays, à Wuhan (centre) où le virus a pour la première fois été signalé fin 2019.

Composée de 10 scientifiques de différentes nationalités, elle sera chargée de remonter aux origines du Covid-19, dès que sera écoulée la quarantaine de deux semaines à laquelle sont soumis les experts sitôt leur arrivée.

En Asie toujours, le Japon a étendu mercredi son état d’urgence, déjà en place sur Tokyo et sa grande banlieue, à sept départements supplémentaires, avec notamment une fermeture en soirée des bars et restaurants.

Confronté à la pire flambée de cas et au pire bilan en Europe avec près de 85.000 morts, le Royaume-Uni, reconfiné en raison de la propagation d’un variant plus contagieux du virus, a enregistré mercredi 1.564 décès, le pire bilan quotidien depuis le début de la pandémie.

Sur le continent, c’est le Portugal qui s’est résolu à un nouveau confinement général à partir de vendredi, alors que le virus s’y propage de manière accélérée avec plus de 10.500 nouveaux cas en une journée mercredi parmi ses 10 millions d’habitants.

Dans l’Espagne voisine, avec près de 39.000 nouveaux cas enregistrés mercredi, c’est une situation de « risque extrême », selon les mots de Carolina Darias, ministre de la Politique territoriale.

Alors qu’en Italie le gouvernement a annoncé son intention de prolonger l’état d’urgence jusqu’au 30 avril, la France retient son souffle : de nouvelles mesures seront dévoilées jeudi pour faire face à la hausse des contaminations (plus de 23.000 enregistrées mercredi) et à la propagation du nouveau variant britannique.

De son côté, la Tunisie se reconfine pour quatre jours, de jeudi à dimanche pour ralentir la propagation du Covid-19 qui a atteint des records, entraînant une situation « très dangereuse » selon les autorités sanitaires.

Et en Afrique australe, le Mozambique a annoncé mercredi un renforcement des mesures de restrictions sanitaires en raison d’une hausse du nombre de contaminations.

« Astronomique »

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 1.963.557 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP mercredi.

Les Etats-Unis restent le pays le plus touché tant en nombre de morts (plus de 384.000) que de cas (plus de 23 millions). Avec une moyenne de trois morts par minute, le pays a enregistré mardi un nouveau record de morts quotidiens (4.470).

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi avoir atteint le chiffre de 10 millions de personnes vaccinées, important à l’échelle mondiale puisque l’OMS fait état de 28 millions de doses administrées au total dans 46 pays. Mais c’est encore bien peu pour faire fléchir l’épidémie.

En Californie, l’un des principaux foyers du coronavirus, un « méga centre » de vaccination a ouvert ses portes mercredi sur un parking du célèbre parc d’attractions Disneyland à Anaheim, fermé depuis dix mois par les autorités californiennes en raison de la pandémie.

Le pape François, âgé de 84 ans, a été vacciné mercredi, selon des journalistes.

En Russie, le président Vladimir Poutine a ordonné mercredi d’entamer dès la semaine prochaine la vaccination contre le coronavirus de toutes les catégories de population, affirmant que le vaccin conçu par son pays était le « meilleur ».

Face à la propagation de l’épidémie, les gouvernements du monde entier se précipitent pour acquérir et fournir le plus rapidement des vaccins.

Le Royaume-Uni compte ainsi mettre en place « dès que possible » une vaccination 24 heures sur 24. L’objectif est de vacciner d’ici à mi-février les plus de 70 ans et les soignants, soit environ 15 millions de personnes, pour 2,4 millions de vaccinés aujourd’hui depuis le 8 décembre.

L’Union africaine a obtenu 270 millions de vaccins anti-Covid pour le continent, dont la plupart des pays n’ont pas les moyens de financer l’immunisation de leur population, a annoncé mercredi soir l’Afrique du Sud, qui assure la présidence tournante de l’UA.

Quant au Brésil, il a annoncé mercredi que deux millions de doses du vaccin d’AstraZeneca/Oxford seraient acheminées d’Inde par avion afin que débute d’ici la fin du mois la vaccination.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Spilman Marie-Anne , jeudi 14 janvier 2021, 10:28

    décisions

  • Posté par Esser Olivier, jeudi 14 janvier 2021, 9:54

    Les variants les plus contagieux vont devenir dominants dans le monde, c'est la loi de la sélection naturelle de Darwin: les mutants les plus aptes à se reproduire se répandent plus rapidement que les autres. Toutes ces gesticulations n'y feront rien. Une étude intéressante: après avoir mis en contact le plasma de patient de patients guéri, contenant des anticorps, avec le coronavirus, les chercheurs ont vu émerger un variant résistant aux anticorps; seules 3 mutations ont été nécessaires. Le variant Sud-Africain en contient déjà une! Quand les vaccins et les anticorps seront répandus, je vois déjà émerger le variant résistant au vaccin. Certes, on pourra réadapter le vaccin, mais ces mutants me semblent apparaître très rapidement. Avec tous ces variants qui se multiplient, il deviendra de plus en plus difficile de combattre le coronavirus. Source: https://www.24heures.ch/e484k-la-mutation-du-virus-qui-pourrait-nuire-a-lefficacite-des-vaccins-710795485691 et https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2020.12.28.424451v1

  • Posté par massacry olivier, jeudi 14 janvier 2021, 21:39

    Reprenons: 1) ouf vous laissez de coté l'étude biorvix, 2) lorsque vous dites que "Ce n'est pas la première fois qu'un nouveau virus s'introduit dans l'espèce humaine. Ce qui est nouveau, c'est d'être convaincu qu'en agissant convenablement, on va l'éradiquer.", il me semble pourtant que si il est possible de lutter contre des épidémies, la variole, l'hépatite C, ect en sont de bons exemple, 3) je ne suis pas certain que les mutations des virus s'explique par les lois darwiniennes de selection naturelle, les premières s'explicant plutôt comme une faute de frappe lors de clonage multiple et immédiat, les secondes étant une réponse adaptative sur le long terme d'une espèce à son environnement, j'ai l'impréssion que vous confondez les deux. Surtout lorsque vous affirmez à la fois que d'une part le virus va développer un variant résistant au vaccin , et d'autre part que ce même virus va s'attenuer en un simple rhume....4) rappelons quand même que les grippes annuelles ne deviennent ni plus contagieuses, ni létales d'années en années.

  • Posté par Esser Olivier, jeudi 14 janvier 2021, 16:42

    @Massacry. Rappelons quand même que tous les virus qui circulaient avant le covid provoquaient toujours quelques décès (même en excluant le SIDA). Voir https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2095096/ pour le coronavirus OC-43. La grippe quant à elle a tué 6000 personnes en 2014: https://plus.lesoir.be/542/article/2015-06-07/virus-de-la-grippe-pres-de-6000-deces-en-plus-entre-janvier-et-avril . Ce que je pense c'est que d'ici un an ou deux, le coronavirus ne sera pas plus dangereux qu'un rhume, voire une grippe. Mais au point où en sont les choses, je ne suis pas sûr qu'on est prêt à l'accepter. On veut 0 mort. Il sera acceptable de mourir de n'importe quelle infection sauf le coronavirus. Vu comme cela, je ne vois pas comment on en sortira.

  • Posté par Esser Olivier, jeudi 14 janvier 2021, 16:32

    @massacry olivier. Ce n'est pas la première fois qu'un nouveau virus s'introduit dans l'espèce humaine. Ce qui est nouveau, c'est d'être convaincu qu'en agissant convenablement, on va l'éradiquer. Avant les années 80, le sida était inconnu; il est toujours là. La grippe russe de 1890 serait due au coronavirus OC-43 qui se serait introduit dans la population à cette date et qui maintenant provoque des rhumes. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7252012/. On assiste à présent à l'introduction d'un nouveau coronavirus qui s'installera durablement. Dans cet article du New York Times, ils prédisent que quand tout le monde sera immunisé (naturellement ou avec le vaccin), le virus continuera de circuler et d'infecter des gens, mais que l'infection ne sera plus grave, transformant le coronavirus en un rhume. Cela peut-être vu comme une bonne nouvelle, mais si l'on s'en tient au nombre de contaminations, on n'en sortira jamais. https://www.nytimes.com/2021/01/12/health/coronavirus-immunity-future.html

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs