Les médias américains accablent Trump après la deuxième procédure d’«impeachment»

La Chambre des représentants, à majorité démocrate a adopté l’acte d’accusation visant le président républicain.
La Chambre des représentants, à majorité démocrate a adopté l’acte d’accusation visant le président républicain. - Photo News

Mercredi, une majorité d’élus de la Chambre des représentants a voté la mise en accusation formelle de Donald Trump pour avoir incité aux violences du Capitole, ouvrant la voie à un deuxième procès historique du président des États-Unis.

« Impeached again », « à nouveau mis en accusation », c’est ce qui ressort le plus dans la presse « made in US ».

Mérité

Le seuil de 217 voix en faveur de l’inculpation de Donald Trump a été dépassé, la Chambre à majorité démocrate a donc adopté l’acte d’accusation visant le président républicain, et ce une deuxième fois, un an après avoir été accusé d’avoir fait pression sur le président ukrainien en échange d’informations sur Joe Biden. Pour le Washington Post « il n’y a aucun doute » que le président sortant le « méritait ». Mais ce procès pourrait avoir de lourdes conséquences pour Joe Biden. En effet, une telle procédure « éclipserait les premiers jours du président élu, ralentissant la confirmation des membres de son cabinet » ainsi que son programme, constate le Post. D’autant que Joe Biden a fait de la « réunification » d’une Amérique divisée, une priorité de son début de mandat. Ce ne sera pas une mince affaire dans un contexte d’« impeachment ».

« Il n’y a pas de précédent » pour un procès après la fin du mandat d’un président, remarque le New York Times . Pour le quotidien de la Côte Est, même s’il était condamné, Donald Trump pourrait se présenter en 2024, une hypothèse que le président sur la sortie a lui-même évoquée. À moins qu’un autre vote à la majorité simple du Sénat l’en empêche.

De l’autre côté des Etats-Unis, à Los Angeles, le LA Times voit en cette seconde procédure en destitution, « un moment clé qui va sans doute éclipser tous les accomplissements de la présidence Trump tels que les baisses d’impôt, la dérégulation des affaires et la nomination de juges fédéraux ».

« L’emprise de Trump sur le GOP est toujours forte »

Pour le Wall Street Journal, cette mise en accusation aggrave les divisions au sein des Républicains. « La scission se répercute sur le parti », remarque le quotidien économique.

Le Huffington Post, prévient toutefois que « l’emprise de Trump sur le GOP est toujours forte » et s’en défaire sera « une bataille longue et ardue » pour les Républicains. « Il reste le cœur de leur parti, mais avec un astérisque à côté de son nom rappelant ses deux impeachments », souligne le site web d’information.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • A Albany, capitale de l’Etat du New York, un panneau électronique réclamait, cette semaine, la «démission immédiate» du gouverneur Andrew Cuomo.

    Etats-Unis: une nouvelle affaire enfonce un peu plus le gouverneur de New York

  • Ce jeudi, un état d’alerte maximal a en effet été décrété autour des institutions fédérales.

    Alerte maximale à Washington

  • La carrière politique d’Abdrew Cuomo semble désormais très compromise.

    Par Maurin Picard

    USA

    Etats-Unis: à New York, le gouverneur démocrate Andrew Cuomo en disgrâce

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous