Accueil Opinions Chroniques

Comment JFK inspire Joe Biden

Il y a 60 ans, John Fitzgerald Kennedy prononçait un discours inaugural magistral… et inspirant pour son disciple, Joe Biden.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

Ce mercredi 20 janvier, Joe Biden prêtera le serment rituel qui fera de lui le 46e Président des États-Unis. Cette cérémonie « d’inauguration » est traditionnellement un moment de réconciliation et de réjouissances, suivi de nombreux bals dans la capitale fédérale, que le nouvel hôte de la Maison Blanche honore d’ailleurs souvent de sa présence.

Cette année, l’ambiance s’annonce lugubre. En raison de la limitation des événements publics pour raisons sanitaires, du boycott du Président sortant – une première depuis Andrew Johnson, en 1869 – et de l’état d’urgence décrété à Washington.

Ces deux derniers points sont naturellement liés. C’est sur les mêmes escaliers empruntés par les émeutiers pro-Trump pour s’introduire dans le Capitole deux semaines plus tôt que Joe Biden devrait jurer solennellement de défendre la Constitution des États-Unis « contre tous ennemis, externes ou intérieurs »…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Pire Bernard, mercredi 20 janvier 2021, 9:18

    Intéressant de voir comment JFK est repris encore et encore comme un "modèle". Sa fin tragique, sa jeunesse, son charisme, son habileté à manipuler les médias ont singulièrement transformé son image. Quand on regarde son bilan, on est loin d'être impressionné : inexistence sur la scène internationale, liens avec la mafia, improvisation, lutte contre les syndicats, mensonges, pulsions sexuelles incontrôlées, désintérêt pour l'égalité raciale etc etc. Il est vrai que les publications de ses hagiographes comme Pierre Salinger ont bien aidé... Pour ma part, je le considère comme le premier président produit par la société des médias. Il y a mieux comme exemple.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, samedi 16 janvier 2021, 16:25

    Beaucoup d'adolescents de mon époque étaient peut-être un peu naïfs mais avaient été emballés par le discours de M. Kennedy. Je me souviens avec émotion de cet enthousiasme, de cette galvanisation du désir de donner un sens à notre vie en apportant chacun notre pierre à la collectivité. Dommage pour les grincheux, les cyniques, les rabat-joie, les éteigneurs de vie. A notre époque, beaucoup de jeunes se retrouvent dans la même dynamique , s'engageant avec force pour la transition, la défense du climat, la protection de la biodiversité, etc.

  • Posté par Lucas Danièle, vendredi 15 janvier 2021, 11:30

    Eh ben voilà... quel joli couple de fans de Donald Trump (qui ne se distinguent pas comme tels visiblement, mais la lecture de leurs commentaires le révèle de façon on ne peut plus évidente)! S'il serait de mauvais goût de nier les sussurements reptiliens relatifs au pèrede JFK, et même si JFK lui-même était loin d'être parfait, il me semble assez mesquin de lui nier les progrès accomplis durant sa présidence. Sans compter qu'il s'était déjà distingué comme soldat au cours del a Deuxième Guerre mondiale.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, jeudi 14 janvier 2021, 21:56

    Bravo Mr.Bourton. Dans le style "larmoyant" et "racoleur" on ne fait pas mieux... Une différence tout de même entre le modèle "années 60" et le "fils spirituel" : l'âge un peu "avancé" du second, et sa longue carrière politique, particulièrement "édifiante". En attendant de pouvoir juger de ses futures "réalisations" bien sûr... "Fingers crossed".

  • Posté par Levaux Marie-Noelle, jeudi 14 janvier 2021, 17:43

    Article à mourir de rire quand on sait, selon tous les historiens, que Kennedy a gagné la présidence grâce à des votes truqués par la maffia selon un arrangement entre son père Joe et les chefs maffieux qu'il avait connus quant il faisait fortune en violant les lois sur la Prohibition, et qu'on se rappelle que ce Playboy catholique ne se privait pas de bafouer le sacrement de mariage par sa sexualité compulsive à la Harvey Weinstein, comme l'autre obsédé Clinton. Quant à Bush jr, il a jeté les USA dans la guerre d'Irak, en mentant de façon éhontée au peuple américain, faisant des centaines de milliers de victimes civiles d'un pays qui n'a jamais causé le moindre tort aux USA. Quel magnifique patronage pour Biden...

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs