Accueil Société

Plans de vaccination: tout ce qu’il faut savoir sur la stratégie à Bruxelles et en Wallonie

Les deux Régions ont présenté le dispositif de vaccination qui va être mis en place pour le grand public.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

La Wallonie et Bruxelles ont levé le voile ce jeudi sur la manière dont la campagne de vaccination va se poursuivre dans les semaines à venir.

Celle-ci se déroule à un rythme plutôt soutenu puisque le 22 janvier prochain, tous les résidents des maisons de repos et environ un tiers du personnel qui le souhaitaient auront reçu leur première dose en Wallonie. Ce lundi, les trois Régions du pays entament la phase de vaccination du personnel hospitalier. Elle sera suivie par la vaccination des autres collectivités de soin (centres d’hébergement de personnes présentant un handicap…). Ce sera à partir du 25 janvier en Wallonie et une semaine plus tard à Bruxelles.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

39 Commentaires

  • Posté par GROSFILS ALAIN, mercredi 20 janvier 2021, 7:10

    Et la Flandre ? Serait-ce devenu « l’étranger » ? Dommage que la presse jour un jeu (dangereux) de régionalisme ridicule. Alors que dans le cas du COVID-19, c’est heureusement le gouvernement BELGE qui coordonne !

  • Posté par MORNARD PASCAL, lundi 18 janvier 2021, 11:47

    Les journalistes du Soir au lieu d'agir en journaliste disciplinés ne pourraient ils pas , une fois n'est pas coutume, investiguer et nous donner régulièrement , comme cela se fait dans d'autres pays , la situation actualisée du nombre de vaccinations déjà effectuées en Belgique . Est ce trop vous demander ou êtes vous à ce point museler? Car le rôle de la presse , me semble t'il est quand même d'informer, non ?

  • Posté par Delrez JEAN, vendredi 15 janvier 2021, 21:19

    Stratégie de vaccination. Il n'y a qu'une seule stratégie à avoir. C'est simple, il faut vacciner au plus vite. Belgique :50000 vaccinés Italie : 1000000 de vaccinés Ou est le soucis, ah oui la stratégie.

  • Posté par MORNARD PASCAL, lundi 18 janvier 2021, 11:51

    @Eric Raspe , que faites vous ici en dehors de détruire (en vain ) toute esprit critique et faire la louange de l'excellence de la gestion de l'épidémie en Belgique ? Position difficilement defendable sachant que le Belgique est le deuxième pays au Monde ayant le taux de mortalité le plus élevé

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 15 janvier 2021, 23:14

    Pas de soucis monsieur Delrez, en Belgique nous vaccinons en priorité les personnes qui ont contribué relativement le plus à la saturation des hôpitaux et à la mortalité, les pensionnaires des maisons de repos. Ces personnes dépendantes et peu mobiles ont du mal à se déplacer vers les centres de vaccination. C'est le vaccin qui vient à elles. Comme ce vaccin impose des contraintes strictes de conservation, la vaccination de cette population est plus difficile. Cela ne va pas aussi vite que dans les pays où la vaccination se fait dans des vaccinodrome centralisés vers lesquels les citoyens doivent se déplacer. Ces pays laissent pour plus tard les vaccinations plus difficiles. D'après un article du SoirMag, la Belgique compte 150000 pensionnaires âgés résidant en maison de repos https://soirmag.lesoir.be/211789/article/2019-03-13/la-vie-en-maison-de-repos-en-quelques-chiffres-cles) dont 50000 en Wallonie. Avec 14000 personnes injectées la semaine dernière et 35000 prévues cette semaine, la majorité des résidents des maisons de repos wallonne auront reçu la première dose. Elles seront vaccinées comme prévu à la fin du mois et protégées mi-février. La réduction du risque de saturation des hôpitaux et les décès sera majeure parce que cette population a contribué pour plus de la moitié des décès. Dans les autres pays que vous citez le personnel soignant est prioritaire et gonfle les chiffres. Mais cette population a un risque faible de complication. Ils auront beaucoup vacciné, certes. Mais leur système de soin sera plus à risque de saturation que le nôtre. Et nous aurons derrière nous la vaccination d'une des cohortes de personnes pour lesquelles la vaccination pose le plus de problèmes logistiques. La seconde population comprend les personnes de plus de 6 ans résidant à domicile mais qui ont une mobilité réduite. Ces personnes devront en tout logique attendre le vaccin AstraZeneca qui se conserve à 4°C et qui pourra être administré par les infirmières à domicile.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs