Accueil Sports

Henri Bredo a été témoin de l’altercation entre automobilistes et cyclistes impliquant Philippe Gilbert

Une bagarre entre cyclistes et automobilistes a éclaté vendredi après-midi en plein centre de Theux, en province de Liège. Alors que les voitures roulaient au pas, plusieurs témoins assistaient à cette scène, médusés. Et encore, à ce moment, ils ne se doutaient pas que les deux cyclistes impliqués étaient nos champions Philippe Gilbert et Loïc Vliegen.

Temps de lecture: 3 min

Henri Bredo a assisté à la scène. Le Theutois était en plein déménagement quand il a remarqué une altercation rue Hocheporte, dans le centre de Theux. « J’ai vu ces cyclistes, dans un état d’excitation extrême, cogner sur une voiture, puis ouvrir la porte et tenter d’en extirper le chauffeur. Les coups de poing volaient dans tous les sens de part et d’autre. »

Le passager, qui n’est autre que le frère du conducteur, sortait alors du véhicule, et la rixe se poursuivait de plus belle. Quand ce n’est pas en plein visage, les coups de poings se perdaient sur la voiture. C’est à ce moment que Philippe Gilbert aurait sorti une bombe flash pour asperger les deux hommes de la voiture. « À ce moment, je ne savais pas que c’était Philippe Gilbert. J’ai juste vu les maillots BMC », précise ce témoin. « Quand on m’a appris que c’était lui, je n’en revenais pas. Puis le frère de Philippe Gilbert, au journal parlé, a dit qu’il emportait souvent une bombe, de type aérosol, avec lui à l’entraînement. »

Le Theutois intervenait alors pour stopper la bagarre. « Je leur ai dit : “Et les cyclos, arrêtez votre cinéma, faut pas exagérer”. Puis, ils ont foncé sur moi. C’est à ce moment que le patron du bistrot est sorti (de son établissement, NDLR) pour tenter de calmer le jeu. » Mal lui en a pris, vu qu’il recevait également du spray défensif dans les yeux. Mais il ne portera pas plainte.

Les coureurs parlent de menaces

« Pour moi la réaction des cyclistes était un peu exagérée, mais ça ne m’enlèvera pas le fait que je sois fan de Gilbert », estime Henri Bredo. « Quand je vois ces deux cyclistes agresser l’automobiliste, je ne sais pas ce qu’il s’est passé avant. Je me dis qu’il y a certainement eu quelque chose, une petite étincelle, pour que Philippe Gilbert explose ainsi. »

D’après la version du cycliste justement, alors que lui et son partenaire étaient en plein entraînement, un véhicule les a frôlés de près lors d’un dépassement. De quoi passablement énerver les deux coureurs, encore sous le coup des tragiques événements de ces dernières semaines.

Quelques centaines de mètres plus loin, ils se retrouvaient dans le centre de Theux, embouteillé. Les coureurs racontent ainsi avoir été violemment menacés par les occupants du véhicule croisé plus tôt. De là est née l’altercation.

À la fin de celle-ci, les cyclistes ont quitté les lieux. Le conducteur du véhicule était à terre, du spray plein les yeux, nous racontent les témoins. Il est allé porter plainte à la police. « La police est venue prendre nos dépositions », confirme un employé du café.

Lors de cette malheureuse rencontre, Philippe Gilbert a eu le majeur de la main gauche cassé en trois endroits.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

A lire aussi

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb