Etats-Unis: Biden dévoile son plan de relance de 1.900 milliards de dollars

Etats-Unis: Biden dévoile son plan de relance de 1.900 milliards de dollars
AFP

Optant pour un ton présidentiel, scripté, sans une mention pour l’« impeachment » de Donald Trump, Joe Biden a tenté jeudi de ramener l’attention sur ses plans pour combattre les crises économique et sanitaire dès son arrivée à la Maison Blanche, dans six jours. Il a notamment dévoilé un plan de relance titanesque de 1.900 milliards de dollars.

Sur scène devant quelques journalistes, sans accepter de questions, le président élu des Etats-Unis s’est une nouvelle fois posé en rassembleur, se disant « optimiste » en dévoilant un plan de relance titanesque de 1.900 milliards de dollars pour venir en aide aux ménages et aux entreprises, frappés par la pandémie.

« Nous nous en sortirons ensemble », a promis le démocrate. « Mais nous ne pouvons pas le faire dans un pays séparé, divisé », a-t-il ajouté, une semaine après l’assaut meurtrier du Capitole par des manifestants pro-Trump.

« La seule façon de le faire, c’est de se rassembler en tant qu’Américains », a plaidé l’ancien vice-président de Barack Obama, depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware.

Signalant qu’il ne voulait pas ignorer le malaise des bassins ouvriers, où Donald Trump reste très populaire, Joe Biden, 78 ans, a promis des « millions d’emplois » pour l’industrie manufacturière, en plus de ses plans pour une économie innovante et de lutte contre le changement climatique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Joe Biden n’abandonne pas la hausse du salaire minimum; il préfère l’obtenir par d’autres voies.

    Joe Biden ajourne la hausse du salaire minimum

  • Le périmètre de sécurité, avec ses arêtes hérissées de lames de rasoir et ses gardes nationaux lourdement armés, «donne des airs de base militaire au siège de notre démocratie», regrette une élue. © EPA.

    Danger maximal contre le Congrès et Joe Biden

  • Inviter Donald Trump à prendre la parole à la prestigieuse conférence conservatrice de cette fin de semaine à Orlando? Liz Cheney n’a pas la même opinion à ce sujet que le chef de la minorité républicaine à la Chambre, Kevin McCarthy (à dr.)...

    Etats-Unis: les Républicains restent arrimés à Donald Trump

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous