Merveille Bokadi est heureux de la nomination de Mbaye Leye au Standard: «La relation est bien plus facile, il est proche de chaque joueur»

Merveille Bokadi est heureux de la nomination de Mbaye Leye au Standard: «La relation est bien plus facile, il est proche de chaque joueur»

Après une fin d’année 2020 calamiteuse, le Standard s’est ressaisi en ce début d’année. Mbaye Leye a pris la succession de Philippe Montanier, ce qui semble avoir provoqué un déclic dans les esprits liégeois. Suffisant pour battre Waasland-Beveren lors de la reprise et, donc, se relancer dans ce championnat. Désormais, les Rouches doivent enchaîner, à commencer par ce dimanche, au Cercle de Bruges.

À deux jours de cette rencontre, le défenseur central Merveille Bokadi a fait le point sur sa saison, plutôt réussie jusque maintenant. La preuve en est, celui qui s’est véritablement imposé dans l’axe de la défense liégeoise est l’un des quatre Rouches à avoir obtenu des points au Soulier d’Or. « Après les moments difficiles que j’ai passés, ça fait plaisir d’entendre ça. Ça me donne encore plus envie de me surpasser pour passer un cap. »

Le Congolais a connu quelques périodes plus compliquées en bord de Meuse. Arrivé il y a presque quatre ans en provenance du TP Mazembe, le milieu défensif de formation a connu deux graves blessures. Mais il n’a rien lâché et a montré qu’il pouvait revenir. « J’essaye toujours de rester positif. Désormais, je me sens bien et j’ai envie d’enchaîner les matches. C’est vrai que l’on va avoir un calendrier chargé (NDLR : dix rencontres en seulement six semaines), mais ça ne me dérange pas. J’ai vécu des moments tellement difficiles que, maintenant, je ne me plains jamais de l’enchaînement des matches. Même quand je suis fatigué, je me donne à fond, parce que j’ai toujours en mémoire ces longues journées où je devais rester à la maison. D’autant plus que, avec ces blessures, j’ai le sentiment de devoir rattraper ce temps perdu. »

Et le joueur de 24 ans peut compter sur son nouveau coach, Mbaye Leye, pour l’aider à se surpasser. « Il me conseillait déjà beaucoup quand il était adjoint, il m’encourageait tout le temps. Donc, forcément, j’étais très heureux quand j’ai appris qu’il revenait. Il me pousse sans cesse vers l’avant, ce qui m’aide à avancer. C’est une relation beaucoup plus facile qu’avec Monsieur Montanier. Il est proche de tous les joueurs, et il nous aide beaucoup, ne serait-ce que de par son expérience. »

Et ce soutien de poids permet au Congolais de briller, comme face à Waasland-Beveren, contre qui il a inscrit le troisième pion liégeois. « Je pense que je peux faire encore mieux. Je suis encore loin du niveau que je peux atteindre, car je dois encore apprendre. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous