Accueil Société

Tests antigéniques chez les médecins: grosses réticences côté francophone

Alors que les praticiens du nord du pays se réjouissent du déploiement des tests rapides dans les cabinets médicaux, côté francophone, l’enthousiasme est beaucoup plus mesuré. « Leur utilisation doit être limitée », insistent les représentants des médecins wallons et bruxellois.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Après un mois d’expérimentation chez une quinzaine de généralistes et six centres de tri à travers le pays, revoilà le sort des tests antigéniques – ces tests rapides qui permettent de dépister le virus en 15 minutes – sur la table de nos décideurs. Déploiement ou pas ? Un premier feu vient d’être donné côté flamand. Domus Medica, l’association flamande des médecins généralistes, a annoncé ce jeudi que les praticiens, mais aussi les centres de tri pourraient désormais utiliser ces tests. « Leur rapidité permet d’augmenter la prise en charge individuelle du patient et le suivi des contacts peut être lancé immédiatement. De cette façon, nous pouvons contrôler l’épidémie plus rapidement », s’est réjouie Ann Van den Bruel, professeure à la KU Leuven et responsable de la recherche sur le sujet.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Renoy Christian, dimanche 17 janvier 2021, 8:57

    En Wallonie, on se mettra peut-être à utiliser les test rapides lors d'une prochaine pandémie, sait-on jamais...

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs