Accueil Économie

Bruno Van der Linden: «La question se pose au niveau de l’Union européenne»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Bruno Van der Linden, professeur d’économie à l’UCLouvain, n’y va pas par quatre chemins : « Une petite économie ouverte – et la Belgique en est l’archétype – n’est pas le bon niveau pour mener en solo une relance par les salaires. Et ce, pour deux raisons. D’abord, parce qu’une bonne part du pouvoir d’achat supplémentaire devrait fuir au travers des importations. Chacun peut le comprendre : parmi les produits que nous achetons, une bonne partie est, directement ou indirectement, importée, qu’il s’agisse par exemple de voitures ou de smartphones. Les bénéficiaires d’une relance par les salaires seraient donc largement nos partenaires commerciaux qui nous exportent ces biens que nous consommons. Ensuite, parce qu’une telle politique en solo se traduirait tôt ou tard par un effet négatif sur nos parts de marché et donc nos ventes à l’étranger et, partant, sur l’emploi en Belgique. ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs