Accueil Société

Le covid a provoqué une hausse de 16% de la mortalité en 2020

Statbel a publié ce vendredi les données de la surmortalité en Belgique pour l’ensemble de l’année 2020. Les chiffres confortent la justesse du comptage des morts dues au covid.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

La Belgique a comptabilisé 127.134 décès en 2020, toutes causes confondues, soit une surmortalité de 17.461 personnes par rapport à la moyenne des trois années précédentes (+16 %) d’après les données publiées vendredi par Statbel et qui devront être consolidées dans les prochains mois. Le covid, principal responsable, aura particulièrement marqué les mois d’avril et de novembre, les plus meurtriers de l’histoire (voir ci-dessous).

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Bouko Christian, samedi 16 janvier 2021, 19:02

    Monsieur Questiaux , ce que vous vous ne saisissez pas c'est qu'on parle d'êtres humains qui n'ont pas demandé , ni eux ni leur famille , à mourir un peu plus tôt . A vous suivre on devrait fixer une âge limite pour les soins à apporter aux malades en fonction de la gravité de leur maladie en comparant la "valeur" de leur qualité de leur vie par rapport aux coûts des soins !

  • Posté par Heneffe Jean-marie , samedi 16 janvier 2021, 10:15

    Je précise d’emblée que j’approuve les mesures sanitaires pour peu qu’elles soient sensées, proportionnées à la situation épidémique, applicables et appliquées. Faute d’un médicament salutaire, il n’est plus à démontrer qu’elles sont notre seul moyen de lutte contre cette s… de virus, en attendant qu’une proportion significative de la population soit vaccinée. Le cas de Mons est quand même très curieux. Il n’est pas le seul, loin s’en faut. Pourquoi les explosions de cas se déclenchent-elles à tel ou tel endroit, à un moment donné ? Les Montois seraient-ils plus inconséquents que les Namurois ? La dame de Haute-Savoie plus sotte qu’une Bretonne ? Les Allemands auraient-ils perdu leur discipline teutonne ? Je ne crois pas que les relâchements puissent tout expliquer à eux seuls. Comme dans les prévisions météo, il y a aussi des phénomènes erratiques, mot souvent employé pour masquer notre ignorance. Restons humbles et protégeons-nous.

  • Posté par Carbonnelle Brigitte, samedi 16 janvier 2021, 0:36

    Peut-on encore parler d'autre chose que de mortalité dans ce pays ! Tout est réglé pour créer un climat anxiogène maximum et semer la panique dans la population. Tout cela en face d'un virus qui n'a in fine qu'un taux de létalité très faible par rapport à l'ensemble de la population. Par contre, on détruit le circuit économique à vue d'oeil.

  • Posté par Rambeaux Paul, samedi 16 janvier 2021, 14:14

    Madame Carbonnelle, vous arrivez à dire tout et son contraire en trois phrases. Soit le virus "n'a in fine qu'un taux de létalité très faible", ce qui veut dire que selon vous, 16.000 morts ce n'est pas grand chose; admettons. Mais alors pourquoi accusez-vous je ne sais qui de "créer un climat anxiogène maximum" alors qu'on ne parle là que de choses bénignes ? Ou alors au contraire, la surmortalité de 16.000 morts, c'est réellement de nature à "semer la panique dans la population", mais alors ça veut dire que le virus est bel et bien très dangereux, contrairement à ce que vous affirmez. Mais ça ne peut pas être les deux à la fois. Visiblement, ce genre de contradiction ne vous arrête pas... Pour ce qui est de l'économie, vous êtes naturellement certaine que si on n'avait pris aucune mesure, celle-ci aurait continué à tourner sans se soucier de rien, jamais les gens ne se seraient rendus compte que les hôpitaux étaient surchargés, qu'il n'était plus possible de soigner les non-covid etc. Ou alors pensez-vous qu'il aurait fallu censurer la presse, cacher les morts, interdire de parler de virus et diffuser de la musique en douce en boucle pour endormir les consommateurs ?

  • Posté par Dupres Willy, samedi 16 janvier 2021, 5:17

    En partant d'économie cela reprendra bien un jour. Ceux qui mettent la clè sous le pallaisson étaient déja la plupart sur la corde raide fin 2019. J'ai entendu cela à la radio jeudi dans l'émission ' tendances première' à la rtbf. Et le notaire Marc Van Benedem a même dit qu'aider ces indépendants était de d'argent dépensé pour rien et que de toute façon un jour ou l'autre même sans crise du covid ils auraient fait faillite. A méditer.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs