Accueil Société

Les signes convictionnels autorisés en septembre dans l’enseignement supérieur

Ce changement interviendra pour la prochaine rentrée académique, dans tous les établissements d’enseignement supérieur WBE (environ 20.000 étudiants) mais aussi de promotion sociale (environ 30.000 étudiants).

Temps de lecture: 2 min

Alors que les signes convictionnels étaient interdits jusqu’ici dans l’enseignement officiel organisé par Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE), « ils seront autorisés sauf restrictions à partir de septembre 2021 », a déclaré Julien Nicaise, administrateur général de WBE, dans La Libre et La Dernière Heure samedi.

Ce changement interviendra donc pour la prochaine rentrée académique, dans tous les établissements d’enseignement supérieur WBE (environ 20.000 étudiants) mais aussi de promotion sociale (environ 30.000 étudiants). Cinq hautes écoles, cinq écoles supérieures des arts et 29 établissements de promotion sociale sont ainsi concernés.

Cette décision d’autoriser les signes convictionnels, dont le port du voile, (sauf exceptions, par exemple quand la sécurité pourrait être menacée ou pour des raisons d’hygiène) a été prise par le conseil d’administration de WBE qui compte des représentants de toutes les formations politiques. « J’ai été surpris », a souligné Julien Nicaise, « un consensus a très vite pu être trouvé, ainsi qu’avec l’ensemble des directions avec lesquelles nous nous sommes bien sûr concertés. »

Le foulard est déjà autorisé dans la plupart des établissements d’enseignement supérieur du réseau catholique. Côté officiel, le même choix figurait aussi dans l’accord de majorité de la Région bruxelloise. Pas plus tard que cet été, le ministre-Président Rudi Vervoort (PS) a confirmé que ce changement serait appliqué dans toutes les écoles de promotion sociale organisées par la Cocof (la Commission communautaire française) et à l’Esac (l’École supérieure des arts du cirque). Par contre, cette option n’est pas suivie partout dans le reste de l’officiel.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

66 Commentaires

  • Posté par Bernard Robert, samedi 16 janvier 2021, 21:38

    Décision rétrograde, qui va encore plus diviser la société au lieu d'inclure. Quelle victoire pour les prescripteurs politico-religieux et quel message pour tous ceux et surtout toutes celles qui dans le monde luttent, au péril de leur liberté (et parfois de leur vie), pour vivre comme ils ou elles l'entendent. Décision irresponsable : quelle sera la prochaine soumission du civil au prescrit religieux proclamé au nom d'Allah ou d'une quelconque divinité ? Et dire que la Charte de WBE prétend promouvoir l'émancipation et la neutralité ! Une défaite pour l'enseignement public, qui en annonce d'autres. Comment écrit-on aujourd'hui Munich ?

  • Posté par Pablos Gino, samedi 16 janvier 2021, 20:55

    On a dépénalisé l'avortement,avancée progressiste, je ne vois pas pourquoi une femme devrait être contrainte à porter en elle le fruit d'un viol. Bientôt une autre se fait jour "le crime d'honneur" un Syrien ici en Belgique vient d'assassiner sa soeur ,uniquement parce qu'elle voulait vivre à l'occidentale,c'est à dire en femme libre.

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, samedi 16 janvier 2021, 18:48

    Le Vlaams Belang vous dit MERCI !

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, samedi 16 janvier 2021, 18:47

    OK ... Que ceux qui le souhaitent portent dorénavant une croix, une kippa ...

  • Posté par Chouters - Lognoul , samedi 16 janvier 2021, 18:40

    Décision incompréhensible qui va semer la discorde à tous les niveaux. Les convictions religieuses ou philosophiques sont du domaine privé ; il n'y a pas lieu de les étaler au grand jour. C'est une gifle à la laïcité.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko