Autorisation de signes convictionnels dans l’enseignement supérieur: «Pas acceptable pour le MR», selon Bouchez

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez.
Le président du MR, Georges-Louis Bouchez. - Photo News

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a exprimé samedi sa ferme opposition à l’autorisation, dès la prochaine rentrée académique, de signes convictionnels -dont le port du voile- dans les établissements d’enseignement supérieur officiel organisés par Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE).

«Elle n’est pas acceptable pour le MR», a réagi le Montois, sur Twitter.

«Elle recrée de la tension inutile alors que la liberté des établissements fonctionne très bien dans les faits. Quel est le statut de cette sortie? », a lancé le président des réformateurs.

Selon Julien Nicaise, administrateur de WBE interrogé samedi dans la Libre et la DH, la décision a fait l’objet d’un récent et rapide «consensus» au sein conseil d’administration de WBE.

Fort de douze membres issus des différents partis selon leur poids politique en FWB, le conseil d’administration de WBE compte actuellement trois personnalités désignées par le MR, à savoir Isabelle Mazzarra, la directrice générale de l’ULB, le constitutionnaliste Christian Berhendt et Vanessa Moray, attachée du groupe MR au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le foulard est déjà autorisé dans la plupart des établissements d’enseignement supérieur du réseau catholique en FWB.

Côté officiel, le même choix figurait aussi dans l’accord de majorité de la Région bruxelloise. Pas plus tard que cet été, le ministre-Président Rudi Vervoort (PS) a confirmé que ce changement serait appliqué dans toutes les écoles de promotion sociale organisées par la Cocof (la Commission communautaire française) et à l’Esac (l’École supérieure des arts du cirque). Par contre, cette option n’est pas suivie partout dans le reste de l’officiel.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous