Alexeï Navalny n’a pas accès à ses avocats depuis son arrestation

Alexeï Navalny n’a pas accès à ses avocats depuis son arrestation

Les partisans de l’opposant russe Alexeï Navalny ont affirmé lundi que son arrestation la veille à son arrivée à Moscou, après une longue convalescence en Allemagne, était « illégale » et que la police le privait d’accès à ses avocats.

« Il est détenu illégalement, on ne laisse pas ses avocats le voir », a dénoncé le Fonds de lutte contre la corruption, l’organisation de l’opposant.

Selon sa porte-parole Kira Iarmych, deux conseils de l’opposant ont été autorisés à entrer dans le bâtiment du commissariat de Khimki, en banlieue de Moscou, où il détenu. « Mais on ne les laisse pas voir Alexeï », a-t-elle dit sur Twitter.

L’une des avocates, Olga Mikhaïlova a affirmé à l’antenne de la radio Ekho de Moscou que la police « viole la loi en empêchant la défense » de M. Navalny de le rencontrer.

L’arrestation dimanche de l’opposant, qui accuse le président Vladimir Poutine d’avoir ordonné l’empoisonnement auquel il a survécu, a été vivement dénoncée en Europe comme aux Etats-Unis qui ont réclamé sa libération immédiate.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a rejeté ces critiques lundi, estimant que les Occidentaux cherchaient en s’en prenant à la Russie « à détourner l’attention de la profonde crise qui mine le modèle de développement libéral ».

Charismatique militant anti-corruption et ennemi juré du Kremlin, M. Navalny, 44 ans, a été, selon des laboratoires occidentaux, empoisonné en août par un agent innervant de type Novitchok, substance développée à des fins militaires à l’époque soviétique.

Dimanche, l’opposant est rentré dans la capitale russe après cinq mois de convalescence en Allemagne. Il a été interpellé dès son arrivée, le FSIN, le service pénitencier russe, lui reprochant d’avoir violé des mesures de contrôle judiciaire pendant qu’il était soigné à l’étranger.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous