Planète

« Au Marché Matinal, on aime être à l’avant-garde, voir toujours plus vert »

Edition numérique des abonnés

Si les couleurs égaient les façades des halles du Marché Matinal, Laurent Nys, son directeur, semble avoir une légère préférence pour le vert. Et pas seulement sur les murs ! Depuis qu’il a repris les rênes de l’ASBL Mabru fin 2014, les panneaux photovoltaïques ont poussé comme des champignons sur le site. On en compte aujourd’hui un peu plus de 25.000 ! Soit la plus grande installation solaire de la Région Bruxelles-Capitale.

« On a démarré sur les toitures, raconte-t-il. Le jour de l’inauguration, alors que j’étais sur l’un des toits en compagnie du bourgmestre Philippe Close et du CEO d’ENGIE Philippe Van Troeye, on s’est regardé et on s’est dit “Et si on recouvrait tous les parkings ?”. » Le défi a débouché sur une première européenne : des carports solaires pour camions, sur une surface de plus de 13.000 m2 ! Résultat ? « Aujourd’hui, l’ensemble de nos panneaux produisent l’équivalent de la consommation moyenne annuelle de 2.187 ménages et permettent d’économiser 3.123 tonnes de CO2 par an. Et pour nos commerçants, fini les déchargements dans le noir et sous la pluie. » Un projet d’installation de batteries de stockage de l’électricité serait même dans les cartons…

« Chaque geste compte »

Cette politique avant-gardiste, Mabru l’applique aussi dans sa gestion du recyclage des déchets. Au point d’en n’avoir pratiquement plus aucun. « Nous trions tout, précise Laurent Nys. Carton, plastique, aliments. Nous avons acheté des presses à carton et à plastique ainsi qu’une machine pour broyer le bois des caisses en copeaux. Une équipe de huit personnes en réintégration sociale a été constituée pour récupérer les invendus de nos 140 commerçants. Chaque jour, elles collectent 2 tonnes de denrées qui sont redistribuées aux associations soutenues par le CPAS local. »

Pour les quelques déchets restants, générés pour la plupart par l’incivilité, le directeur a trouvé la parade : 160 caméras traquent les mauvais gestes. « En parallèle, nous allons organiser une campagne de sensibilisation pour inciter les commerçants à encore mieux trier leurs déchets. »

En termes de mobilité aussi, Mabru voit plus vert. Chariots élévateurs, transpalettes, petits véhicules de livraison internes au Marché Matinal sont désormais électriques. « Même nos équipes de nettoyage circulent en voiturettes de golf électriques. Je les ai achetées d’occasion. Durant tout un temps, on les repérait facilement car elles étaient décorées aux couleurs d’une célèbre marque de champagne », en rit encore le directeur.

Quoi qu’il en soit, Laurent Nys en est convaincu, plus aucune entreprise ne peut rester insensible à un avenir plus neutre en carbone. « Celles qui ne prendront pas le train en marche resteront à quai. Plus tôt on commence, mieux c’est. La transition peut se faire petit à petit, en douceur. L’important est d’y aller. Je suis optimiste et confiant en l’Homme. Je sais qu’on y arrivera », conclut celui qui verdit aussi son quotidien à la maison. « Nous n’achetons plus de bouteilles en plastique, par exemple. Que ce soit pour les boissons ou les cosmétiques. Désormais, j’utilise du savon en brique des Savonneries Bruxelloises sous la douche et pour me raser. Chaque petit geste compte. »

Vous souhaitez aussi contribuer, à votre échelle, à un avenir plus
neutre carbone ?
Faites vos premiers pas ici ...