Accueil Société

«On prend mes mots pour m’enfoncer, parce que je n’ai que les mots de la cité»

Un jeune est accusé d’avoir poussé dans le vide un copain de 18 ans, en 2017. Il nie les faits et raconte son enfance difficile.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

La cour d’assises de Liège a procédé, ce lundi, à l’audition de D.H., 20 ans, accusé d’avoir poussé dans le vide, le 5 juillet 2017, à partir du sommet de l’ancien hôpital de Bavière, à Liège, Galaad Titeux, un copain de 18 ans. Il n’y a pas de témoin direct des faits et l’accusé nie, mais d’autres jeunes l’accusent et il avait été retrouvé, quelques heures après le décès, avec un millier d’euros, une somme d’argent à peu près équivalente à celle que Galaad avait sur lui cette nuit-là.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par LIENARD NORBERT, lundi 18 janvier 2021, 19:59

    10 enfants futurs ingénieurs qui paieront nos pensions ah mais oui 12 futurs électeurs pour la gauche le reste n a aucune importance pour certains

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs