Accueil Économie Entreprises

Sortie polémique du CEO de Belfius: la crise et les mots pour la dire

En estimant que certains assainissements dans l’horeca étaient nécessaires, Marc Raisière, le CEO de Belfius, a essuyé une volée de bois vert...

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

En ces temps de crise, il est des propos qui semblent inaudibles. Surtout quand cette crise est à ce point longue et profonde qu’on en est parfois réduit à se demander de quoi demain sera fait. Marc Raisière, le CEO de la banque publique Belfius, en a fait les frais, ce lundi, essuyant une volée de bois vert après avoir déclaré qu’il ne serait pas possible de sauver tout le monde dans le secteur horeca. Plus grave aux yeux de certains, il a osé affirmer que certains assainissements étaient parfois nécessaires. Bref, ce discours maintes fois entendu selon lequel les crises sont indispensables pour élaguer le terrain économique et permettre à de nouvelles pousses d’y émerger et de se développer.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Vital Katalin, mardi 19 janvier 2021, 21:12

    Avec la pandémie on aura tout vu: même la leçon de darwinisme economique du ptron d'une banque publique sauvée de la faillite avec l'argent du contribuable...

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mardi 19 janvier 2021, 17:25

    C’était peut-être voulu, aussi. Cette banque publique est là pour financer les collectivités, les mandataires et les fonctionnaires. C’était peut-être une manière de dire clairement « cul-terreux d’indépendants, allez vous faire voir ailleurs, revenez quand vous aurez été rendus définitivement allocataires, là vous aurez regagné en crédit à nos yeux ». De fait, dans une optique de banque publique, on risque moins en avançant des clopinettes à des allocataires qu’on repompe quand même en frais au passage qu’en prêtant à des entrepreneurs, avec en plus le personnel plus spécialisé que ça nécessite.

  • Posté par Debaix Marie-jeanne , mardi 19 janvier 2021, 15:41

    Débat stérile. Si vous n'acceptez pas ces propos, boycottez Belfius. Ce n'est pas difficile, il y a tellement (trop) de banques dans ce pays !

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mardi 19 janvier 2021, 18:11

    Pas si simple. Imaginons que vous avez un crédit en cours chez eux. Vous ne vous barrez pas comme ça.

  • Posté par Bouillot Pierre, mardi 19 janvier 2021, 14:02

    Il devrait démissionner- Patron d'une banque " sauvée" avec de deniers publics ( à quand le prochain sauvetage ? ) Il fait une généralité- Il serait normal que ses clients de l'Horeca change de banque. Quelle estime pour ceux -ci!

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs