Accueil Société

Marché de l’emploi: les tests anti-discrimination peinent à faire leurs preuves

Poussée dans le dos par Unia, une partie de l’opposition et de la majorité bruxelloise appelle le ministre à revoir rapidement le dispositif créé en 2017, afin qu’il puisse être utilisé de manière plus proactive.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

Octobre 2017. Bruxelles faisait un pas en avant historique en devenant la première Région du pays à doter ses services d’inspection d’un outil de « testing » contre les discriminations à l’embauche. Sous conditions strictes, qui interdisent notamment de « provoquer » un employeur sans indices suffisants (lire ci-dessous), la loi permet depuis à l’inspection régionale de pratiquer les techniques dites du « CV anonyme » et de « l’appel mystère » en vue d’enrichir des dossiers destinés à se retrouver entre les mains de la justice.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Vande Kerckhove Damien, mardi 19 janvier 2021, 19:06

    La discrimination est probablement un problème dans l’embauche, (je n’ai jamais vu ce problème dans les entreprises que j’ai connu en tant que consultant), mais quel est le but d’Unia dans cette histoire? Est-ce que obliger un employeur a embauché quelqu’un qu’il ne souhaite pas est une bonne idée?

  • Posté par Ranwez Robert, mardi 19 janvier 2021, 16:00

    Addendum. Leurs petits stratagèmes à la con ne fonctionnent pas ? Il est rassurant de constater que la méchanceté ne rapporte pas.

  • Posté par Ranwez Robert, mardi 19 janvier 2021, 15:48

    La recherche de la solution à cette quadrature du cercle sociétale par une petite faune de débiles, malhonnêtes intellectuels, incompétents et surtout perverse est naturellement impossible, sauf à verser dans le totalitarisme, comme suggéré clairement dans le texte. Embaucher, c'est obligatoirement une opération discriminatoire, souvent difficile d'ailleurs. Enfin, il y a lieu de constater qu'il y a de plus en plus de "discriminables potentiels" qui ont un bon job en fonction de leurs compétences.

  • Posté par Lambert Paul, mardi 19 janvier 2021, 16:28

    je ne dirais pas mieux, tout est dit

  • Posté par LIENARD NORBERT, mardi 19 janvier 2021, 15:46

    On ne pourra jamais obliger un employeur ou un propriétaire à prendre des gens dont ils ne veulent pas

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs