Accueil Culture Cinéma

LaCinetek rend hommage à Chantal Akerman: quand le mineur devient majeur

Dans le cadre de l’hommage rendu par le Festival Premiers Plans d’Angers, voici dix de ses films dont huit en version restaurée, du 25 janvier au 15 mars.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Chez Chantal Akerman, il y a toujours eu la peur de ressasser et de se disperser. Voilà pourquoi elle est allée de New York à Paris, d’une tragicomédie à des films expérimentaux et muets, d’une comédie musicale à une adaptation de Proust, de l’Est au Sud et de l’autre côté. Voilà pourquoi son cinéma, nourri de l’intérieur, imaginé sans concessions, demeure. On y trouve beaucoup sa mère et elle-même dans des mises en abîme bouleversantes. Cinéaste expérimentale, nomade, elle n’a cessé de questionner le sens de son existence. Toujours une valise à la main. Valise réelle, valise imaginaire, chargée d’enfance, de non-dits, de différences.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs