Coronavirus: 91 cas du variant britannique confirmés en Belgique

Coronavirus: 91 cas du variant britannique confirmés en Belgique
Photo News

Le centre de référence de la KU Leuven a détecté 91 cas d’infection due au variant britannique du coronavirus en Belgique, jusqu’à dimanche inclus. Sept cas du variant sud-africain sont également confirmés, a indiqué mardi le virologue Yves Van Laethem lors de la conférence de presse de Sciensano et du Centre de crise.

« L’évolution des foyers épidémiques dans le pays est toujours globalement favorable », a cependant rassuré le spécialiste. « Le nombre de foyers et leur taille diminuent encore légèrement. »

« Par contre, il y a plus de cas de ces variants dits plus contagieux », admet-il, prévenant que ce chiffre continuera à augmenter. Ils représentent actuellement encore moins de 5 % du total des souches isolées chez nous, précise Yves Van Laethem.

« Nous avons clairement besoin d’un système qui représente l’entièreté des souches dans le pays. Cela va être mis en place à l’avenir. Un échantillon positif sur 50 sera génétiquement caractérisé, soit environ 2 % des souches, ce qui donnera une image plus complète de l’évolution des variants dans le pays. »

« Ne nous braquons pas trop »

D’après plusieurs études, les spécialistes estiment que ces deux variants accroissent le risque de contagion de 40 %. « Mais ne nous braquons pas trop », conseille le virologue. « C’est une évolution normale de ce type de virus. » Son agressivité n’a pas changé et les symptômes qu’ils provoquent ne sont pas plus graves.

Les mesures à prendre restent les mêmes : maintenir une distance d’1,5 mètre, limiter ses contacts et ventiler les espaces clos. « S’ils sont employés quand il faut et convenablement, l’impact des masques en tissu contre ces variants peut être au moins aussi important que si on employait des masques de type FFP2, plus complexes à mettre et à tolérer », précise encore Yves Van Laethem.

« Pour porter un masque FFP2, il faut être bien rasé et le masque doit bien s’adapter au visage », a ajouté le virologue Steven Van Gucht. « Dans le milieu médical, des tests sont effectués pour le vérifier. Le type de masque peut varier d’une personne à l’autre. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous