Restructuration de Fedex: plus d’un tiers des emplois menacés à Liège

Restructuration de Fedex: plus d’un tiers des emplois menacés à Liège
Belga

Le transporteur américain Fedex a l’intention de supprimer 671 emplois dans son hub aérien de Liège, a confirmé mardi l’entreprise dans un communiqué. Le plan entraînerait en outre une modification des horaires et du nombre d’heures de travail pour 861 autres membres du personnel du site liégeois.

L’objectif de l’entreprise est de « redimensionner ses effectifs européens à l’approche de la finalisation de l’intégration du réseau TNT », acquis en 2016. « Des propositions visant à remédier à la duplication des emplois, résultant de l’exploitation des deux vastes réseaux européens qui connectent des zones géographiques similaires, ont été présentées (mardi) aux représentants des salariés européens et aux équipes », explique Fedex.

Globalement, 5.500 à 6.300 personnes seront affectées dans les équipes opérationnelles et dans des fonctions de support, selon le transporteur. La « proposition » prévoit que Liège fonctionnerait comme hub secondaire d’un réseau aérien désormais unique en Europe centrale, Roissy-Charles De Gaulle constituant le principal.

Fedex a l’intention de procéder, en Cité ardente où la société emploie 1.826 personnes, à un licenciement collectif tel que prévu par la loi Renault. Ce qui entraînerait une réduction des effectifs de 671 emplois.

« Un changement structurel »

En raison du nouveau rôle de Liège, 861 membres du personnel vont eux recevoir une nouvelle proposition. « Les avions et les volumes arriveront à d’autres moments », a expliqué à l’agence Belga Jean Muls, vice-président de FedEx en Europe. A la fin de la procédure, soit « pas avant mars 2022 », il restera toujours « entre 1.100 et 1.200 emplois » à Bierset, assure le dirigeant.

Le transporteur américain a largement bénéficié de la crise sanitaire et de la hausse de la demande de colis, avec des résultats nets qui ont plus que doublé lors des deux derniers trimestres. Pas de quoi changer la donne pour les travailleurs liégeois cependant. « Avec la crise, nos besoins fluctuent. L’intégration, c’est un changement structurel », précise M. Muls.

Outre le hub liégeois, d’autres implantations du transporteur seront touchées dans une moindre mesure, a reconnu le vice-président sans préciser lesquelles. Côté syndical, on évoque une menace pour 47 emplois à Zaventem.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous