Julie Tessier: «Une approche humaine dans un cadre professionnel»

« Malgré le covid, nous avons maintenu l’ouverture de l’agence en janvier comme prévu. »
« Malgré le covid, nous avons maintenu l’ouverture de l’agence en janvier comme prévu. » - DR

Quel est votre parcours dans l’immobilier ?

Après un master en sciences de gestion à la Louvain School of Management, je suis devenue agent immobilier pour Trevi Closon en 2012. Plus le temps passe et plus je pense que c’était davantage le destin que le hasard car l’immobilier mêle des aspects commercial, social et de droit qui correspondent à ce que j’aime. J’ai évolué au sein de Trevi Closon jusqu’à devenir manager pour les cinq agences. Ensuite, comme j’étais très attirée par l’immobilier neuf, j’ai travaillé pour le développeur Equilis pendant deux ans.

Vous avez quitté ce poste pour revenir chez Trevi et ouvrir votre agence à Gembloux. Quel a été l’élément déclencheur ?

J’aimais beaucoup mon travail chez Equilis, mais j’ai toujours voulu avoir une société à moi dans laquelle je pourrais insuffler ma touche personnelle. Habitant à Sombreffe depuis trente ans et ayant étudié à Louvain-la-Neuve, je suis très attachée au nord de la province de Namur et à l’est du Brabant wallon, et c’est là que je voulais m’implanter. Lorsque j’ai appris que Trevi cherchait un partenaire pour ouvrir une agence couvrant ce territoire, je me suis dit que je ne pouvais pas rater cette occasion.

Pourquoi avoir choisi d’intégrer votre agence dans un réseau ?

Ayant travaillé chez Trevi pendant plusieurs années, je savais que le réseau était en adéquation avec mes valeurs de professionnalisme, de sécurité et d’efficacité. Je peux bénéficier de l’expertise, des outils et de la force du réseau, ce qui est profitable également à la clientèle. Et puis cela permet de ne pas être seule, même si j’ai décidé de débuter avec une collaboratrice pour assurer un service réactif et performant. Je recherche également des délégués pour grossir petit à petit l’équipe.

Ouvrir une agence en cette période de crise sanitaire peut sembler risqué… Comment le vivez-vous et de quelle façon comptez-vous travailler ?

Malgré le covid, nous avons maintenu l’ouverture de l’agence en janvier comme prévu. Je pense que le marché immobilier devrait être porteur cette année et l’arrivée du vaccin est plutôt rassurante. Je souhaite que mon agence offre un service de qualité, une approche humaine dans un cadre professionnel. Je tiens aussi à ce que mes collaborateurs connaissent bien la région car nous ne sommes pas juste là pour faire du business, mais pour participer à la vie économique locale. Quand la situation le permettra, j’envisage par exemple d’organiser des rencontres à thèmes au cours desquelles on pourra conseiller les investisseurs, le tout autour de produits locaux.

Envisagez-vous de proposer de l’immobilier neuf ?

Oui, car c’est un domaine que j’affectionne et, tout comme le viager, cela fait partie des compétences que j’ai acquises via Trevi et cela nous aide à nous démarquer. C’est un travail un peu différent et qui demande davantage de réflexion tant avec les acheteurs qu’avec les promoteurs, mais c’est justement ce qui me plaît.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une centaine de chauffeurs Uber ont manifesté ce lundi devant le cabinet du ministre-président bruxellois.

    Uber: Bruxelles durcit le ton, à défaut de livrer une stratégie claire

  2. d-20210105-GKN65C 2021-01-05 16_36_57

    Vrai ou faux: le nombre de suicides est-il en hausse depuis le début de la crise covid?

  3. FRANCE-TRIAL-CORRUPTION-SARKOZY

    D’autres affaires attendent encore Nicolas Sarkozy

La chronique
  • Chronique «Détours wallons»: leçons d’histoire économique

    En ces temps de simili-confinement, peut-on se permettre de suggérer un peu de saine lecture aux responsables wallons qui planchent ces semaines-ci sur l’avenir de leur Région ? Ils et elles ont du pain sur la planche, c’est vrai, entre l’aboutissement espéré du plan de relance financé par l’Europe, la transition climatique et le dispositif « maison » baptisé « Get up Wallonia ! » qui finira bien par sortir des limbes, le printemps aidant.

    Rien que pour ce dernier défi, ministres, députés, experts et membres de cabinets doivent déjà digérer un bon millier de pages entre l’analyse de la situation et l’étude comparative d’autres territoires européens menées par le consultant, les résultats de la consultation citoyenne ou encore les différents rapports des groupes de travail. On frôle l’indigestion.

    Mais sur la pile de documents en équilibre instable sur un coin de votre bureau, prenez, messieurs dames, la peine d’ajouter ceci : le fascicule 75 ans d’histoire économique de la Wallonie que publie ce jour même...

    Lire la suite

  • Sarkozy: la quête de la vérité et le principe d’égalité

    On connaît la phrase de La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » C’est le vieux soupçon et cela demeure une réalité dans nombre de pays où la justice protège les puissants et les riches, où une justice « complice » n’exerce plus son rôle de contre-pouvoir indépendant, rouage essentiel en démocratie.

    Ce lundi, une présidente de tribunal a fait mentir cet adage avec une force de frappe spectaculaire au...

    Lire la suite