Accueil Économie

Un marché à l’aube d’un nouveau départ

Les prix sont en hausse, et cela pourrait bien durer.

Article réservé aux abonnés
Journaliste en charge du Soir Immo Temps de lecture: 3 min

En 2020, Namur a été conforme à ce qu’il s’est passé dans d’autres grandes villes du pays : les ventes réalisées en mai et juin ont compensé, si pas dans la totalité du moins en grande partie les pertes enregistrées pendant la fermeture de l’activité en mars et avril. A tel point qu’aujourd’hui les puits de nombreuses agences immobilières sont à sec. « Il n’y a plus grand-chose à vendre », confirme Philippe Taillet, le patron de Latour et Petit Namur. « Et ce qui reste part en une semaine, ou maximum un mois. Nous avons réalisé un chiffre d’affaires identique à celui de 2019 alors que nous n’avons travaillé que neuf mois au lieu de douze… (si l’on ajoute le confinement d’octobre). »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs